Accéder au contenu principal
Irak

[Reportage] Elections en Irak: le vote électronique séduit les électeurs

Jamil Roshdi, 70 ans, le doigt marqué par l'encre bleue, vient de voter dans le bureau de vote de l'école Dajla.
Jamil Roshdi, 70 ans, le doigt marqué par l'encre bleue, vient de voter dans le bureau de vote de l'école Dajla. © sami Boukhelifa / RFI
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Les Irakiens ont voté ce samedi pour élire leurs 329 députés. Le vote est désormais terminé. Après des années de divisions, de guerre civile, al-Qaïda et le groupe Etat islamique, le pays semble vouloir tourner la page. Les mots d’ordre : en finir avec le sectarisme, le terrorisme et surtout la corruption qui ronge la société irakienne. Pour éviter les fraudes, tous les bureaux sont équipés pour le vote électronique. Reportage.

Publicité

Avec nos envoyés spéciaux à Bagdad,  Sami Boukhelifa et Richard Riffonneau

Un boîtier bleu, un écran tactile, un lecteur de carte et un scanner d’empreintes digitales, Mostafa Sahab, est le responsable du vote électronique dans le quartier de Mansour à Bagdad. Pour lui, c’est un premier pas vers la modernité dans un pays en reconstruction.

« Regardez, il suffit de mettre la pièce d’identité ici et les données personnelles de l’électeur apparaissent. Regardez ce qui s’affiche : cette personne a le droit de voter. Madame, mettez l’index de votre main gauche ici. Voilà, prenez un bulletin et allez dans l’isoloir. »

Mostafa Sahab, responsable du vote électronique à l’école Dajla dans le quartier Mensour à Bagdad, ce samedi 12 mai 2018.
Mostafa Sahab, responsable du vote électronique à l’école Dajla dans le quartier Mensour à Bagdad, ce samedi 12 mai 2018. © Sami Boukhelifa / RFI

Le bout du doigt noirci par l’encre, c’est la preuve de vote. Ali Hussein est séduit par ce nouveau système.  « Voter, c’est un devoir, nous le faisons pour l’Irak. Et le vote électronique, c’est tellement plus simple. Les Irakiens doivent se mobiliser pour l’avenir de leur pays. C’est important, ce vote va nous ouvrir les portes du changement. Nous voulons voir de nouveaux visages à la tête du pays ».

Pourtant à l’extérieur du bureau tous ne peuvent pas en dire autant. Le jeune Karim Hamdallah a été refoulé. « Voilà ma pièce d’identité. A l’intérieur ils me disent : " ton nom n’est pas sur nos fichiers ". Les autorités doivent corriger ça », dit-il.

Finalement, le jeune homme repart, déçu. Comme beaucoup d’Irakiens, il attendait impatiemment ce rendez-vous électoral considéré comme un tournant pour l’Irak.

Pour la première fois, l’Irak utilise ce dispositif de vote électronique. Le vote s’est déroulé correctement, mais quelques dysfonctionnements ont été enregistrés.
Pour la première fois, l’Irak utilise ce dispositif de vote électronique. Le vote s’est déroulé correctement, mais quelques dysfonctionnements ont été enregistrés. © Sami Boukhelifa / RFI

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.