Accéder au contenu principal
Arabie saoudite

Arabie saoudite: vague d'arrestation de militants des droits des femmes

Arabie saoudite: cette femme se prépare à la conduite à l'aide d'un simulateur, le 13 mai 2018, puisque à partir de la fin juin les femmes seront autorisées à conduire sur décret royal.
Arabie saoudite: cette femme se prépare à la conduite à l'aide d'un simulateur, le 13 mai 2018, puisque à partir de la fin juin les femmes seront autorisées à conduire sur décret royal. REUTERS/Faisal Al Nasser
Texte par : RFI Suivre
4 mn

Sept personnes sont actuellement détenues selon l'organisation Human Rights Watch, parmi lesquelles des personnalités bien connues pour leur prise de position contre les discriminations contre les femmes dans le royaume. Ces arrestations interviennent alors que l'Arabie saoudite s'apprête à vivre une réforme spectaculaire puisqu'à la fin du mois de juin, les femmes seront autorisées à conduire sur les routes du pays.

Publicité

Eman al-Nafjan et Loujain Al-Hathloul font parties des personnes arrêtées ces derniers jours en Arabie saoudite. Avec d'autres militants, ces deux femmes avaient signé en 2016 une pétition demandant l'abrogation du tutorat masculin, ce système qui place les Saoudiennes sous l'autorité directe de leur mari ou de leur père, leur frère ou leur fils. Le tutorat a été récemment assoupli mais il reste en vigueur par exemple lorsqu'une Saoudienne voyage à l'étranger : elle doit pour cela obtenir l'autorisation de son tuteur masculin.

Eman al-Nafjan et Loujain Al-Hathloul ont également milité pour le droit des femmes à conduire en Arabie saoudite... Elles ont été arrêtées alors que des dizaines de milliers de Saoudiennes se préparent actuellement à passer leur permis de conduire puisqu'un décret royal les autorise à prendre le volant à partir de la fin du mois de juin.

Avec ces arrestations, les autorités saoudiennes semblent adresser un message très clair : les réformes viennent exclusivement du pouvoir royal. Le jeune prince héritier Mohammed ben Salman, homme fort du royaume, veut certes transformer son pays mais sans accorder le moindre espace à une quelconque forme de mobilisation ou de revendication venue de la société civile.

Parmi les sept, cinq sont des femmes militantes très actives et les deux autres sont des hommes [...] C'est d'abord grâce à eux que l'interdiction de conduire va être levée en juin, mais il semble que le prince Ben Salman souhaite le faire oublier et s'arroge tout le crédit de la réforme. Le message est clair : vous ne pouvez pas manifester pour réclamer de nouveaux droits.

Rothna Begum, Human Rights Watch Moyen-Orient

à (re)lire: «Détention arbitraire»: HRW épingle l'Arabie saoudite

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.