Accéder au contenu principal
Israël/Union européenne

L'ambassadeur de l'UE convoqué en Israël pour ingérence sur le projet de loi Etat-nation

Benjamin Netanyahu, le 24 juin 2018.
Benjamin Netanyahu, le 24 juin 2018. Gali Tibbon/Pool via Reuters
Texte par : RFI Suivre
2 mn

L'ambassadeur de l'Union européenne en Israël est convoqué au ministère des Affaires étrangères ce vendredi 13 juillet. Selon le bureau du Premier ministre, il devait être réprimandé pour ce que Benyamin Netanyahu qualifie «d'ingérence» dans les affaires intérieures israéliennes. En cause, une intervention auprès de députés israéliens à propos d'un texte actuellement en débat au Parlement.

Publicité

Avec notre correspondant à JérusalemGuilhem Delteil

Le Premier ministre israélien dénonce régulièrement l'Union européenne pour ses prises de position sur le conflit israélo-palestinien; à ses yeux, elles sont hostiles à son pays. Benyamin Netanyahu ne cache pas son agacement à l'égard de Bruxelles ; c'est d'ailleurs la deuxième fois que l'ambassadeur européen est convoqué pour «réprimande». Mais rarement les mots du chef du gouvernement n'ont été aussi cinglants.

« Cela ne suffit pas que l'Union européenne finance des organisations qui s'efforcent de saboter l'Etat d'Israël et qu'elle finance des constructions illégales », s'est indigné le Premier ministre. «Apparemment, ils ne comprennent pas qu'Israël est un Etat souverain», a jugé Benyamin Netanyahu qui promet d'autres mesures à l'encontre de l'Union européenne.

Le motif de sa colère est une intervention de l'ambassadeur européen à Tel Aviv auprès d'élus de la majorité. Emanuele Giaufret les aurait mis en garde contre un projet de loi actuellement en discussion à la Knesset. S'il est adopté en l'état, ce texte permettrait de créer des localités uniquement juives: une mesure que le diplomate aurait jugé discriminatoire et contraire aux principes démocratiques.

La délégation européenne en Israël répond que sa démarche était celle de « tout service diplomatique » partout dans le monde. Elle affirme respecter le débat parlementaire israélien mais souligne que « le respect des droits de l'Homme et des principes fondamentaux sont un élément-clé du partenariat entre l'Union européenne et Israël ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.