Accéder au contenu principal
Irak

La fronde sociale prend de l'ampleur en Irak, al-Abadi débloque 3 milliards

Manifestation à Bassorah devant le bâtiment du gouvernement régional, le 15 juillet 2018.
Manifestation à Bassorah devant le bâtiment du gouvernement régional, le 15 juillet 2018. REUTERS/Essam al-Sudani
Texte par : RFI Suivre
2 mn

La contestation sociale qui a débuté il y a une semaine s'est amplifiée ce week-end. Deux personnes ont été tuées dans la nuit de vendredi à samedi. Plusieurs rassemblements ont été dispersés dimanche à Bassorah dans le sud mais aussi à Najaf et Kerbala, les affrontement ont fait des dizaines de blessés. Les Irakiens protestent contre le chômage et le délabrement des services publics. Le gouvernement a pris des mesures d'urgences.

Publicité

A Bassorah, où la contestation a éclaté il y a une semaine, de nombreuses manifestations ont eu lieu ce week-end, les manifestants ont pris d'assaut un bâtiment officiel, et ont tenté d'entrer dans les installations pétrolières d'Al Zoubeir.

Mais le mouvement a gagné d'autres régions, il touche même désormais la capitale, Bagdad. Le Premier ministre irakien a durci le ton ce week-end et pris des mesures sécuritaires : il a placé les forces de sécurité en alerte maximum mais leur a interdit de tirer à balles réelles sur les manifestants. A Bassorah, désormais sous couvre-feu, l'armée a été déployée autour des installations pétrolières. L'internet a été coupé. Les Irakiens protestent contre la pauvreté, le délabrement des infrastructures publiques du pays et la corruption de l'administration.

Pour tenter de calmer le mécontentement, Haidar al-Abadi a annoncé qu'il débloquait une enveloppe de trois milliards de dollars pour la province de Bassorah. Il a également promis des investissements dans l'habitat, les écoles et les services.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.