Syrie

Syrie: une quinzaine de civils tués dans des raids sur la province de Deraa

Il s'agit de déplacés qui ont péri dans des frappes aux abords de la localité de Aïn al-Tina, à Qouneitra a indiqué l'OSDH. (Photo d'illustration).
Il s'agit de déplacés qui ont péri dans des frappes aux abords de la localité de Aïn al-Tina, à Qouneitra a indiqué l'OSDH. (Photo d'illustration). REUTERS/Alaa al-Faqir

Le régime de Bachar el-Assad poursuit sa reconquête du sud de la Syrie. Grâce à un accord dit de « réconciliation » avec les rebelles, la province de Deraa est presque entièrement repassée sous l’autorité de Damas. Mais les dernières poches qui n’ont pas encore déposé les armes sont bombardées par les aviations russe et syrienne. Ce mardi 17 juillet, une frappe a tué 15 civils.

Publicité

Les dernières poches insurgées de la province Deraa se situent à la frontière avec le plateau du Golan annexé par Israël. Ce secteur est coupé en deux. Une partie est tenue par un groupe rebelle, l’autre est entre les mains d’un groupe jihadiste, et au milieu une population démunie subit les combats depuis un mois.

L’aviation de la Russie, alliée de Bachar el-Assad, et les hélicoptères des forces syriennes bombardent violemment cette région du sud-ouest du pays. Ces frappes ont poussé ces dernières heures plusieurs localités rebelles à hisser le drapeau syrien, signe de reddition.

Avec ces capitulations les groupes de l’opposition espèrent rejoindre l’accord dit de « réconciliation », avec Damas, affirme désormais l’OSDH, l’Organisation syrienne des droits de l’homme.

En abandonnant le combat, les rebelles veulent éviter les destructions et ainsi épargner la vie des civils. Mais restent désormais les jihadistes. Affiliés à al-Qaïda, ils multiplient les attaques à la voiture piégée à la fois contre les troupes du régime et les groupes rebelles.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail