Iran/Irak

Iran: les Gardiens de la révolution revendiquent une attaque au Kurdistan d'Irak

Le quartier général du Parti démocratique du Kurdistan d'Iran, basé à Koysinjaq, au Kurdistan irakien, a été ciblé par un tir de missiles iranien, le 8 septembre.
Le quartier général du Parti démocratique du Kurdistan d'Iran, basé à Koysinjaq, au Kurdistan irakien, a été ciblé par un tir de missiles iranien, le 8 septembre. SAFIN HAMED / AFP

Les Gardiens de la révolution, l'armée d'élite iranienne, ont revendiqué officiellement ce dimanche 9 septembre une attaque aux missiles survenue la veille contre une base d'un parti d'opposition armée kurde iranien, le Parti démocratique du Kurdistan d'Iran, située au Kurdistan irakien.

Publicité

Avec notre correspondant à Téhéran, Siavosh Ghazi

Au total, sept missiles ont été lancés contre la base du Parti démocratique du Kurdistan d'Iran située dans la région du Kurdistan d'Irak. La télévision iranienne a montré les images du lancement des sept missiles et les images prises par drones iraniens lorsque ces mêmes missiles ont frappé la base du groupe, interdit en Iran.

Au moins une douzaine de responsables et de cadre de ce mouvement, qui mène la lutte armée contre l'Iran, ont été tués et des dizaines d'autres blessés. Selon le communiqué officiel, la frappe a eu lieu lorsque les dirigeants du groupe étaient réunis en Congrès. Des drones iraniens surveillaient la base depuis plusieurs jours.

Téhéran accuse les États-Unis, Israël et l'Arabie saoudite de soutenir les groupes armés d'opposition. C'est la seconde fois depuis juin 2017 que l'Iran utilise des missiles pour des opérations au-delà de ses frontières. La dernière fois, six missiles ont été lancés contre des positions de Daech dans l'est de la Syrie après un double attentat à Téhéran revendiqué par le groupe.

Cette opération est une nouvelle démonstration de force de Téhéran, alors que les États-Unis, mais aussi certains pays européens, demandent à l'Iran de limiter son programme balistique et réviser sa politique régionale.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail