Accéder au contenu principal
Territoires palestiniens

L'UNRWA évacue son personnel étranger de Gaza vers Jérusalem

Devant une école de l'UNRWA en grève à Khan Younis, dans la bande de Gaza, le 2 octobre 2018.
Devant une école de l'UNRWA en grève à Khan Younis, dans la bande de Gaza, le 2 octobre 2018. Reuters
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Les employés de l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens étaient en grève ce mardi 2 dans la bande de Gaza. Un mouvement de protestation contre des réductions d'effectifs annoncées après la décision des Etats-Unis d'arrêter de participer au financement de l'agence. Entre la bande de Gaza et la Cisjordanie, près d'un millier de postes doivent être supprimés ou passés à temps partiel. Mais c'est dans l'enclave côtière que la tension est la plus vive : l'UNRWA a d'ailleurs annoncé lundi soir le retrait d'une grande partie de son personnel étranger établi dans l'enclave palestinienne.

Publicité

De notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil

Le poste-frontière entre la bande de Gaza et Israël était fermé lundi 1er octobre en raison d'une fête juive. En théorie, aucun passage n'était autorisé. Mais les autorités israéliennes l'ont finalement rouvert à la demande de l'ONU pour laisser sortir 13 des 19 employés internationaux de l'UNRWA dans la bande de Gaza.

La décision d'évacuer précipitamment ce personnel a été prise après qu'un petit groupe de ces salariés étrangers a été bloqué par des manifestants en colère pendant près d'une heure alors qu'ils circulaient en voiture dans l'ouest de l'enclave palestinienne. L'incident s'est terminé sans heurts, mais aux yeux de l'agence, il était devenu préférable de procéder à cette « relocalisation temporaire » à Jérusalem.

Une décision rare que l'UNRWA n'avait prise jusqu'alors que dans le cas ou l'éventualité de frappes israéliennes, et qui traduit les vives tensions qui agitent l'agence dans la bande de Gaza. A plusieurs reprises ces derniers mois, le siège de l'UNRWA dans l'enclave a été bloqué, le bureau du chef de l'agence encerclé. Dans la bande de Gaza où le taux de chômage atteint 50% de la population active, l'UNRWA, qui fait travailler 12 500 personnes, est un employeur essentiel.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.