Accéder au contenu principal
Israël / Etats-Unis

Israël: la Cour suprême annule l’interdiction de visa de l’étudiante américaine

L'étudiante américaine Lara Alqasem à l'aéroport Ben Gurion de Lod, près de Tel Aviv, après sa libération, ce jeudi 18 octobre 2018.
L'étudiante américaine Lara Alqasem à l'aéroport Ben Gurion de Lod, près de Tel Aviv, après sa libération, ce jeudi 18 octobre 2018. REUTERS/Dudu Bachar
Texte par : RFI Suivre
1 mn

Lara Alqasem a été libérée. La Cour suprême israélienne a annulé la décision de justice interdisant l’entrée sur le sol israélien d’une étudiante américaine pour son soutien supposé à une campagne de boycott de l’Etat juif. Les juges ont estimé que cette interdiction manquait de bon sens du fait que la jeune femme avait clairement indiqué ne plus apporter son soutien au mouvement de boycottage.

Publicité

Avec notre correspondant à Jérusalem Michel Paul

Pour le ministre israélien de l'Intérieur, Aryeh Deri, la décision de la Cour suprême est une véritable honte. Où est notre fierté nationale, demande-t-il ? Un autre ministre estime qu’il s’agit d’une grande victoire pour les militants du boycottage d’Israël.

Retenue 16 jours à l'aéroport de Tel Aviv, Lara Alqassem, cette étudiante américaine de 22 ans accusée d’avoir milité dans une organisation associée au BDS, pourra donc étudier comme elle le désirait à l’université hébraïque de Jérusalem. Exactement comme il était stipulé sur le visa délivré par le consulat général israélien de Miami. Et elle pourra entamer dès la semaine prochaine son master spécialisé sur les droits de l’homme et la justice transitionnelle dans cet établissement israélien.

Cette affaire très médiatisée, tant en Israël qu'à l'étranger, est une des premières applications d’une loi de 2017 permettant d’interdire l'entrée sur le territoire israélien de personnes qui militent en faveur du boycott économique, culturel ou scientifique du pays.

Le gouvernement israélien va se pencher très prochainement sur une autre législation qui permettrait de condamner à une peine allant jusqu'à 7 ans de prison les ressortissants israéliens activement impliqués dans des actions de boycottage.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.