France / Arabie saoudite / Allemagne

Vente d'armes à Riyad: Emmanuel Macron critique implicitement Angela Merkel

Le président français Emmanuel Macron, lors d'une conférence de presse à Bratislava, le 26 octobre 2018.
Le président français Emmanuel Macron, lors d'une conférence de presse à Bratislava, le 26 octobre 2018. REUTERS/Radovan Stoklasa

Emmanuel Macron a critiqué implicitement son alliée européenne Angela Merkel. Le président français dénonce la «pure démagogie» des pays qui, comme l'Allemagne, veulent cesser d'exporter des d'armes vers l'Arabie saoudite en raison du scandale du meurtre le 2 octobre du journaliste Jamal Khashogg au consulat saoudien à Istanbul.

Publicité

 « C'est pure démagogie que de dire d'arrêter les ventes d'armes » à Riyad, les ventes d'armes n'ont « rien à voir avec M. Khashoggi, il ne faut pas tout confondre », a-t-il lancé au cours d'une conférence de presse à Bratislava,  en réponse à la question d'une journaliste sur les appels de l'Allemagne et de l'Autriche à cesser les ventes d'armes à Riyad.

Quel est le rapport entre la vente d’armes et l’assassinat de Mr Khashoggi ? Je comprends le lien avec le Yémen, mais il n’y a aucun avec Mr Khashoggi. Si on veut prendre des sanctions, il faut prendre des sanctions dans tous les domaines. Il faut dans ce cas-là arrêter de vendre des véhicules, il faut arrêter de vendre telle ou telle chose, il faut prendre des sanctions individuelles contre ceux qui l’ont fait. Mais c’est de la pure démagogie que de dire, « faudrait peut-être vendre les armes... « , rien à voir avec l’affaire Khashoggi... Il ne faut pas tout confondre dans les débats que nous avons aujourd’hui. Donc, une fois que l’on aura établi les faits, on doit décider des sanctions... Ces sanctions doivent correspondre à que ce qui est établi et être cohérentes, dans un domaine d’activité, ou ciblées sur des individus ou des intérêts dont il sera établi qu’ils ont quelque chose à voir avec l’assassinat de Mr Khashoggi.

Emmanuel Macron: «C'est pure démagogie que de dire d'arrêter les ventes d'armes» à Riyad

Merkel a confirmé à Prague la suspension des ventes d'armes à Riyad

La chancelière allemande Angela Merkel a confirmé vendredi à Prague que Berlin n'allait pas fournir d'armes à l'Arabie Saoudite tant que les dessous du meurtre du journaliste Jamal Khashoggi n'étaient pas éclaircis.

« Le cas du journaliste Khashoggi est naturellement quelque chose d'incroyable, je l'ai dit hier au roi saoudien dans le cadre de notre entretien téléphonique », a dit Angela Merkel lors d'une conférence de presse donnée avec le Premier ministre tchèque Andrej Babis. « De notre côté, nous avons dit qu'il faut éclaircir ce qui constituait les dessous de ce crime horrible et jusque-là nous n'allons pas fournir d'armes à l'Arabie Saoudite », a-t-elle souligné. « J'ai aussi dit ce qui me tient beaucoup à coeur, à savoir que l'Arabie Saoudite doit faire tout pour résoudre la situation humanitaire urgente au Yémen. Il y a en ce moment des millions de personnes en proie à la faim, nous sommes témoins de l'une des plus grandes catastrophes humanitaires », a encore insisté la chancelière. « Nous allons naturellement parler au sein de l'UE pour savoir comment nous voyons nos démarches ultérieures » a précisé la chancelière allemande.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail