Yémen

Yémen: la trêve conclue sous l'égide de l'ONU vole en éclats

Des membres des forces progouvernementales se rassemblent dans les faubourgs d'Hodeïda, le 9 novembre 2018.
Des membres des forces progouvernementales se rassemblent dans les faubourgs d'Hodeïda, le 9 novembre 2018. STRINGER / AFP

Au Yémen, la trêve conclue sous l'égide de l'ONU n'aura pas duré. Les affrontements ont repris cette nuit dans la région de Hodeïda, dans l'ouest du pays. Des raids aériens et des violents combats ont eu lieu alors que, la semaine dernière, des pourparlers entre rebelles houthis et forces loyalistes ont abouti à un retrait des deux camps de cette ville, ce qui permet le transit des importations alimentaires et de l'aide humanitaire. Trêve qui n'aura donc duré que deux jours à peine.

Publicité

Des raids aériens et de violents affrontements ont eu lieu hier soir à Hodeïda, d'après des témoignages d'habitants de la ville portuaire située à l'ouest du pays. Selon des responsables pro-gouvernementaux, 29 combattants ont été tués, dont 22 rebelles houthis ; plusieurs rebelles ont également été capturés.

Bombardement de quartiers résidentiels

De leur côté, les Houthis accusent la coalition menée par l'Arabie saoudite de poursuivre ses raids aériens dans la province d'Hodeïda et accuse les forces pro-gouvernementales d'avoir bombardé des quartiers résidentiels.

Depuis vendredi soir, à peine 24h après l'annonce du cessez-le-feu, des combats sporadiques avaient déjà été signalé. Les raids aériens et combats très violents d'hier soir, dont les deux camps se renvoient la responsabilité, inquiètent les 600 000 habitants d'Hodeïda.

Un accord avait pourtant été signé entre les forces loyales et les rebelles, il prévoyait une trêve immédiate à Hodeïda, le port tenu par les rebelles ; cette localité stratégique est le point de fixation du conflit, cela met en péril tout le pays, puisque c'est par Hodeïda qu'est acheminé l'aide internationale.

Un retrait des combattants prévu

Le retrait des combattants était prévu dans les prochains jours, un échange de prisonniers et l'acheminement d'aide humanitaire devait également avoir lieu prochainement. Et des observateurs de l'ONU seront déployés à Hodeïda, dans les jours à venir.

Ce dimanche, l'émissaire de l'ONU au Yémen, Martin Griffiths, a exhorté les forces progouvernementales et rebelles houthis à respecter l'accord de trêve. Il a souligné, dans un tweet, « attendre des deux parties qu'elles respectent leurs obligations conformément au texte et à l'esprit de l'accord de Suède et qu'elles s'engagent à en appliquer immédiatement les dispositions ».

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail