Irak / Turquie / Kurdistan irakien

Irak: mort d’un manifestant dans le nord du pays, l'ambassadeur turc convoqué

Le ministre irakien des Affaires étrangères Ibrahim al-Jaafari, le 23 octobre 2017.
Le ministre irakien des Affaires étrangères Ibrahim al-Jaafari, le 23 octobre 2017. Kirill KUDRYAVTSEV / AFP

Le ministère irakien des Affaires étrangères a annoncé ce dimanche 27 janvier, la convocation de l'ambassadeur de Turquie. Réponse à la mort vendredi d'un jeune manifestant de 13 ans dans le nord de l'Irak. Un rassemblement sans précédent s'est organisé samedi devant une des nombreuses bases turques présentes dans la région, à Cheladzi. Hommes, femmes et enfant réclamaient l'arrêt des bombardements aériens turcs sur les montagnes irakiennes.

Publicité

En tête de cortège un vieil homme armé de sa simple canne. Il a perdu ses deux fils lors de bombardements turcs. Derrière lui, des dizaines d'hommes et de femmes sont entrés samedi dans l'une des 19 bases turques installées au Kurdistan irakien.

Ankara entretient de très bonnes relations avec le PDK parti au pouvoir dans la région autonome. Ses avions bombardent pourtant régulièrement la zone.  « Légitime défense », selon le gouvernement turc qui affirme tenter d'éliminer les bases arrière du PKK. Cette formation, désignée comme terroriste par la Turquie, est le frère ennemi du PDK. Pas de problème donc pour le gouvernement de la région.

Mais après les 6 derniers morts civils dans un récent bombardement, les familles de victimes ont décidé de se confronter à l'armée turque. Les soldats, en tant que forces étrangères avaient reçu l'ordre de ne pas tirer ils ont dû reculer devant la foule en colère. Des avions turcs ont rasé la zone pour effrayer les manifestants, jusqu'à ce que des forces spéciales kurdes viennent défendre les Turcs face au peuple kurde.

Aujourd'hui, dans un communiqué, le gouvernement du Kurdistan irakien désigne les familles de victimes comme des casseurs à la solde du PKK. Les attaques aériennes menées par le précieux allié turc, qui ont tué 23 civils kurdes irakiens en deux ans, ne sont cependant pas mentionnées.  

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail