Accéder au contenu principal
Gaza

Gaza: comment soigner les blessés des marches contre le blocus?

Des manifestants palestiniens se couvrent pendant une nouvelle journée de la «Grande marche du retour», à la frontière entre Israël et la bande de Gaza, le 11 mai 2018.
Des manifestants palestiniens se couvrent pendant une nouvelle journée de la «Grande marche du retour», à la frontière entre Israël et la bande de Gaza, le 11 mai 2018. REUTERS/Mohammed Salem
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Depuis dix mois désormais, des rassemblements ont lieu au moins chaque semaine dans la bande de Gaza près de la barrière de séparation. Les protestataires réclament la levée du blocus imposée à l'enclave palestinienne depuis onze ans. Pour l'armée israélienne, il s'agit « d'émeutes ». Et, disant défendre son territoire, elle a tiré à balles réelles, faisant près de 250 morts et plus de 6 000 blessés dans les rangs des manifestants.

Publicité

Avec notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil.

Partout dans le monde, plus de 6 000 blessés par balle représenteraient un défi sanitaire. Mais à Gaza sous blocus, leur prise en charge est encore plus compliquée. Le système public est saturé.

Les organisations non gouvernementales jouent un rôle crucial. Médecins sans frontières (MSF) a ainsi triplé le nombre de ses employés sur place. Mais cela ne suffit pas à écarter tous les risques, estime sa présidente Joanne Liu : « Je trouverai ça extrêmement dramatique, voire tragique... des gens pour lesquels on a apporté des soins et des secours, qu’on a stabilisés en première intention, pour lesquels on voulait justement s’assurer de leur donner les meilleures chances de traitement et de récupération, pourraient finir au final avec une amputation. »

Car MSF craint l'apparition d'ostéomyélites, des infections des os qui pourraient toucher entre 800 et 1 200 patients. Le traitement nécessite un laboratoire de microbiologie jusque-là inexistant à Gaza. L'ONG va en ouvrir un dans le courant du mois : « Et on sait aussi par expérience qu'avoir l’identification de la bactérie qui provoque l’infection est clé, parce qu’on va avoir les antibiotiques qui vont vraiment traiter et non créer des résistances.

Des transferts délicats vers l'étranger

Mais même avec l'aide des ONG, le système gazaoui ne pourra traiter tous ces patients. Pour MSF, il faut impérativement envisager des transferts vers des hôpitaux à l'étranger.

Seulement cette démarche se heurte à deux obstacles : il faut obtenir l'autorisation d'Israël pour faire sortir les blessés de l'enclave palestinienne et l'accord de patients parfois réfractaires à partir seuls pendant plusieurs mois.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.