Syrie / Terrorisme

Syrie: Baghouz, le dernier bastion du groupe EI est sous contrôle des FDS

Des soldats des FDS défilent à Raqqa, le 27 octobre 2018.
Des soldats des FDS défilent à Raqqa, le 27 octobre 2018. REUTERS/Aboud Hamam/File Photo

La victoire sur l'EI en Syrie sera annoncée « dans quelques jours », a déclaré ce samedi un commandant de l'alliance arabo-kurde qui mène les combats dans l'est de la Syrie avec le soutien des Etats-Unis. Les Forces démocratiques syriennes, soutenues par Washington, ont annoncé avoir pris le contrôle de l'enclave de Baghouz, dernier bastion des jihadistes dans l'est de la Syrie. Mais la conquête de ce réduit n’est pas encore achevée.

Publicité

La chute du dernier bastion du groupe Etat islamique, écrit notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh, est confirmée par des sources proche de l’opposition ou de Damas. L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) évoque une reddition des derniers jihadistes défendant Baghouz, situé sur la rive orientale de l’Euphrate. Un total de 440 combattants, dont des étrangers, se seraient rendus ces deux derniers jours aux forces de la coalition arabo-kurde, appuyées par l’armée américaine.

Cachés dans des tunnels

Mais certains combattants pourraient encore se cacher dans des tunnels creusés sous terre. Les opérations de ratissage pourraient durer plusieurs jours, surtout parce que des civils se trouveraient dans la localité, selon les FDS. En perdant Baghouz, le groupe Etat islamique ne contrôle plus aucune ville ou localité en Syrie et en Irak, alors que son califat auto-proclamé en 2014 s’étendait sur un territoire de 100 000 km2 à cheval entre les deux pays.

« Grâce au courage de nos forces armées et aux efforts des 78 pays membres de la coalition contre l’organisation Etat islamique, celle-ci a été décimée. Nos troupes ont libéré cinq millions de personnes en Irak, en Syrie, des Arabes, des Kurdes, des musulmans sous le joug de l’organisation », s'est félicité Mike Pence, le vice-président américain qui a poursuivi : « Les Etats-Unis conserveront une présence importante dans la région. Nous sommes conscients qu’il ne suffira pas de reprendre les territoires que l’organisation Etat islamique avait conquis. Les Etats-Unis continueront avec leurs alliés à se battre pour lutter partout et à tout moment contre toute activité de l’organisation islamiste ».

Poches de résistance

Cependant, des groupes de jihadistes contrôlent encore de petites poches dans le désert syrien de la Badia, qui va jusqu’à la frontière avec l’Irak, ainsi que dans la région irakienne d’al-Anbar. Le chef du groupe Etat islamique, Abou Bakr al-Baghdadi, se cacherait dans un de ces repaires.

Les civils qui n’arrivent pas à s’échapper, dit un porte-parole de la coalition internationale menée par Washington, sont utilisés par les jihadistes comme boucliers humains. Parmi les combattants de l'EI assiégés dans un minuscule quartier, il y a, disent les FDS, des Irakiens, des Turcs et des Européens, Russes, Ukrainiens, Allemands et Français. Depuis le lancement en décembre de l'offensive des FDS pour éradiquer la dernière poche de ce « califat » synonyme de terreur, près de 40 000 civils ont fui la zone des combats.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail