Iran

Iran: Rohani reconnaît le dommage des sanctions et appelle à la «résistance»

Le président iranien Hassan Rohani lors d'une conférence de presse à Téhéran le 22 avril 2019.
Le président iranien Hassan Rohani lors d'une conférence de presse à Téhéran le 22 avril 2019. Iranian Presidency / AFP

Deux jours après la décision américaine de ne plus accorder de dérogation pour l'achat du pétrole iranien, le président iranien Hassan Rohani a prôné mercredi 24 avril la « résistance » face aux États-Unis, alors que les sanctions frappent déjà durement l'économie et la situation de la population.

Publicité

Avec notre correspondant à Téhéran,  Siavosh Ghazi

Réagissant pour la première fois à la décision américaine, le président Rohani a affirmé que les États-Unis n'atteindront pas leurs objectifs. Mais il a reconnu que les pressions américaines allaient créer des difficultés dans la vie tous les jours des Iraniens. « Mais nous n'avons pas d'autres choix que de résister », a ajouté Hassan Rohani.

Pour Hossein Ebadi, un chauffeur de taxi d'une cinquantaine d'années, la nouvelle décision américaine sera durement ressentie : « L'effet est très négatif, c'est très clair. La valeur du dollar augmente tous les jours, le pouvoir d'achat des gens baisse chaque jour. Nous nous appauvrissons. On rembourse nos emprunts et notre loyer avec retard, ça commence à devenir très dur ».

Un avis partagé par Mohammad Ali, un retraité de cinquante ans, qui a de plus en plus de mal à joindre les deux bouts : « Nous n'avons plus d'économie aujourd'hui. Notre économie est déjà paralysée, elle le sera encore plus. Ils doivent négocier et s'entendre, sinon la situation va s'aggraver de jour en jour. Dans la journée, les prix augmentent à plusieurs reprises. Hier, j'ai payé une boîte de dattes 48 000 tomans, contre seulement 15 000 tomans il y a quelques mois. Cela affecte tout. »

Tout en appelant la population à résister, les autorités reconnaissent que la décision de Washington va affecter les exportations pétrolières du pays et aggraver la situation.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail