Iran / Etats-Unis

L'Iran face au durcissement des sanctions américaines sur le pétrole

Un drapeau iranien près d'une plateforme de pétrole à Soroush dans le golfe persique.
Un drapeau iranien près d'une plateforme de pétrole à Soroush dans le golfe persique. REUTERS/Raheb Homavandi
Texte par : Siavosh Ghazi
3 mn

Les États-Unis, en imposant de nouvelles sanctions contre l'Iran, veulent empêcher toutes les exportations pétrolières du pays. Washington a mis fin aux dérogations qui permettaient à huit pays d'importer encore du pétrole iranien. Comment réagit le pouvoir iranien face à ces nouvelles pressions ?

Publicité

La réponse est venue du président Rohani qui a affirmé encore hier que Washington ne pourra pas atteindre son but. Il a ajouté que l'Iran avait les moyens d'exporter son pétrole sans donner plus de précisions. Mais dans le même temps, il a reconnu que les Iraniens allaient connaître une année difficile. De côté, le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, a affirmé que les États-Unis et Israël avaient adopté une posture de guerre et que le pays devait s'y préparer. On est donc dans une situation particulièrement sensible.

Le prix des voitures en hausse

Le climat est très tendu pour les Iraniens, qui réagissent dans leur vie de tous les jours. Depuis plusieurs jours, on assiste de nouveau à une baisse de la valeur de la monnaie iranienne, qui a perdu en quelques jours plus de 5% de sa valeur. Déjà depuis le mois de mai 2018, lorsque les États-Unis ont quitté l'accord nucléaire et commencé à imposer des sanctions contre le pays, la monnaie iranienne avait perdu 60% de sa valeur. Les prix de tous les produits sont également repartis à la hausse. Un exemple simple : selon le centre des statistiques, le prix de l'oignon a augmenté de 460% en un an. D'autres produits de consommation ont également connu de très fortes hausses.

Un autre exemple de ce climat social et économique tendu est le prix des voitures. Depuis quelques jours, le prix des voitures ne cesse d'augmenter. Le prix de certains véhicules ont augmenté de 20 ou 30% en quelques jours. La voiture est placement sûr pour les particuliers. La production des deux principaux producteurs nationaux de voiture a fortement baissé et les importations ont été interdites. Ce qui explique cette forte hausse des prix des voitures. Pour les particuliers, c'est une manière de placer leur argent pour éviter une perte de valeur.

Rumeurs sur une augmentation du prix de l'essence

Il y a eu aussi des rumeurs sur une augmentation du prix de l'essence qui a provoqué un vent panique. Plusieurs agences de presse ont annoncé que le gouvernement avait l'intention de rationner l'essence et d'augmenter son prix. Un litre d'essence ne coûte que 6 centimes d'euros. Ce qui provoque une consommation effrénée et une contrebande importante.

Depuis mercredi matin, des files d'attente de plusieurs centaines de mètres se sont formées devant toutes les stations essence. Le gouvernement a démenti ces rumeurs, mais cela n'a pas calmé les esprits. Tout le monde s'attend à une aggravation de la situation économique et à de fortes hausses des prix, voire des pénuries. Ce qui explique un climat particulièrement tendu dans le pays.

► À relire : Washington met fin aux exemptions permettant l'achat de pétrole iranien

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail