Accéder au contenu principal
Arabie saoudite

Golfe: des sommets extraordinaires dans une région sous tension

Les chefs d'États de la Ligue arabe au dernier sommet à Dhahran en Arabie saoudite, le 15 avril 2018.
Les chefs d'États de la Ligue arabe au dernier sommet à Dhahran en Arabie saoudite, le 15 avril 2018. REUTERS/Hamad I Mohammed
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Sur fond de tensions au Moyen-Orient, l'Arabie saoudite accueille un double sommet jeudi et vendredi : réunion du Conseil de coopération du Golfe puis de la Ligue arabe. Les regards seront tournés vers l'Iran et ses alliés, après une série de mystérieuses attaques dans la région.

Publicité

L'Arabie saoudite avait prévu d'accueillir un sommet de l'Organisation de la conférence islamique cette semaine. Face à la montée des tensions, le Royaume a décidé d'ajouter deux autres réunions à l'agenda. La première sera avec le Conseil de coopération du Golfe qui regroupe les six monarchies pétrolières de la Péninsule. La seconde avec la Ligue arabe regroupant 22 membres différents.

Tensions autour de l’Iran

Ces dernières semaines ont vu naître d'inquiétantes étincelles avec une série d'attaques de drones revendiquées par la rébellion du Yémen. Des installations pétrolières saoudiennes ont notamment été endommagées. À la même période plusieurs pétroliers ont subi des actes de sabotage au large des Émirats Arabes Unis. Même s’il n’y a pas de revendication, les États-Unis accusent l'Iran d’en être à l’origine.

De son côté, L'Iran a « fermement rejeté » et qualifié de « risibles » les accusations américaines tenant Téhéran pour responsable du sabotage de quatre navires le 12 mai au large des  Émirats arabes unis.

►À lire aussi : France : à Marseille-Fos, des militants manifestent face au « Bahri Tabuk »

Pour le royaume saoudien l'enjeu est donc une nouvelle fois de resserrer les rangs face à la République Islamique. L'émir du Qatar a d'ailleurs été officiellement invité à La Mecque : une première depuis le boycott instauré en 2017 par l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, Bahreïn et l'Égypte. Ils reprochent, entre autres, au Qatar de vouloir dialoguer avec Téhéran. Mais le rapprochement reste prudent puisque seul le Premier ministre qatarien représentera son pays en Arabie saoudite cette semaine.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.