Accéder au contenu principal
Iran

L'Iran annonce une accélération de son programme d'enrichissement d'uranium

Behrouz Kamalvandi, porte-parole l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OEAI), en conférence de presse ce lundi 17 juin 2019.
Behrouz Kamalvandi, porte-parole l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OEAI), en conférence de presse ce lundi 17 juin 2019. ATTA KENARE / AFP
Texte par : RFI Suivre
5 mn

Alors que les tensions ne cessent de monter entre l'Iran d'un côté, et Washington et ses alliés de l'autre, notamment l'Arabie saoudite, Téhéran a annoncé ce lundi 17 juin 2019 une accélération de son programme d'enrichissement d'uranium. Un geste qui sera sans aucun doute perçu comme une nouvelle défiance à l'égard des États-Unis et de leurs alliés.

Publicité

Avec notre correspondant à Téhéran,  Siavosh Ghazi

Le porte-parole de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique a annoncé que la République islamique avait multiplié par quatre son enrichissement d'uranium. Il a précisé que le stock d'uranium enrichi à 3,67% dépassera les 300 kilogrammes d'ici dix jours, limite fixée par l'accord nucléaire de 2015.

Behrouz Kamalvandi a ajouté qu'à partir de début juillet, l'Iran pourrait aussi enrichir au-delà des 3,67%... À moins de 20%, l'uranium enrichi sert à des fins civils. Mais s'il dépasse les 90%, il peut être utilisé pour l'arme nucléaire.

D’après Vincent Eiffling, chercheur associé au CECRI de l’Université catholique de Louvain, Téhéran est dans son bon droit et utilise un mécanisme de l’accord pour mettre sous pression les autres États signataires :

« L’accord sur le nucléaire iranien reposait sur la logique que l’Iran acceptait des limitations sur son programme nucléaire et qu’en échange il y ait une levée des sanctions internationales, donc des bénéfices économiques. Aujourd’hui, suite à la position de l’administration Trump, ces bénéfices économiques sont inexistants. L’Iran estime que l’accord sur le nucléaire n’est pas pleinement respecté. L’article 36 de l’accord sur le nucléaire iranien prévoit qu’un État signataire de l’accord peut suspendre ses engagements, s’il estime que d’autres États signataires ne respectent pas les leurs. »

L'Iran dit ne pas avoir l'intention de fermer le détroit

Début mai, le président Rohani avait fixé un délai de 60 jours pour que les Européens prennent des mesures pour compenser les sanctions américaines.

Cette annonce survient dans un contexte de vives tensions avec les États-Unis, qui accusent l'Iran d'avoir attaqué deux pétroliers en mer d'Oman. Le chef d'état-major des forces armées iraniennes a rejeté les accusations américaines. Il ajoute que Téhéran veut assurer la sécurité des voies maritimes. Mais d'ajouter que la République islamique d'Iran avait bel et bien la capacité de fermer le détroit d'Ormuz, et que le cas échéant, elle l'annoncerait ouvertement.

 

Vincent Eiffling, chercheur associé au Centre d’étude des crises et des conflits internationaux à l’université catholique de Louvain

 

Lors d'une conférence de presse à l'Elysée au côté de son homologue ukrainien Volodimir Zelenski, Emmanuel Macron a regretté « les annonces iraniennes de ce jour mais aujourd'hui, comme l'a souligné l'AIEA, l'Iran respecte ses obligations et donc nous l'encourageons très fortement à continuer à adopter un comportement patient et responsable ». «Je pense que toute forme d'escalade ne va pas dans le bon sens, qu'elle est nuisible aux intérêts iraniens eux-mêmes, à ceux de la communauté internationale, donc nous ferons tout avec
nos partenaires pour dissuader l'Iran de cela et essayer de construire un chemin
», a-t-il ajouté.

À lire aussi : Crise du Golfe, l'Arabie saoudite accuse ouvertement l'Iran

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.