Accéder au contenu principal
Etats-Unis / Iran

Le Guide suprême iranien visé par de nouvelles sanctions américaines

Donald Trump a signé lundi un décret infligeant de nouvelles sanctions à l'Iran, notamment à l'ayatollah Ali Khamenei, Guide suprême de la révolution islamique, à la Maison Blanche, le 24 juin 2019.
Donald Trump a signé lundi un décret infligeant de nouvelles sanctions à l'Iran, notamment à l'ayatollah Ali Khamenei, Guide suprême de la révolution islamique, à la Maison Blanche, le 24 juin 2019. REUTERS/Carlos Barria
Texte par : RFI Suivre
6 mn

Washington inflige de nouvelles sanctions à plusieurs responsables iraniens, dont le Guide suprême Ali Khamenei, sur fond de tensions dans le golfe Persique après la destruction par la République islamique d’un drone américain.

Publicité

Le décret a été signé ce lundi 24 juin par Donald Trump. Dans le viseur du président américain, le Guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, la plus haute autorité de la République islamique.

Selon le président américain, cette décision fait suite à « une série de comportements agressifs de la part du régime iranien au cours des semaines écoulées, dont la destruction d'un drone américain ».

Les mesures prises aujourd’hui font suite à une série d’actions agressives du régime iranien au cours des semaines passées, et notamment la destruction d’un drone américain et beaucoup d’autres choses. Le Guide suprême d’Iran est celui qui est finalement responsable de la conduite hostile du régime. Il supervise l’instrument le plus brutal du régime, le corps des Gardiens de la révolution. Les sanctions imposées par décret présidentiel vont empêcher le Guide suprême et ses proches associés d’avoir accès à des ressources financières clés. Ces mesures représentent une réponse forte et proportionnée aux actions provocatrices de l’Iran. Nous allons continuer d’augmenter la pression sur Téhéran jusqu’à ce que le régime abandonne ses activités dangereuses et notamment la quête d’armes nucléaires, l’enrichissement d’uranium, le développement de missiles balistiques, le soutien aux groupes terroristes qui alimentent les conflits extérieurs, et les actes belliqueux qui menacent les États unis et ses alliés. L’Iran ne pourra jamais obtenir l’arme nucléaire.

Trump: «Le Guide suprême d’Iran est celui qui est finalement responsable de la conduite hostile du régime»

Le chef de la diplomatie iranienne sera sanctionné « plus tard cette semaine »

Les États-Unis vont également imposer des sanctions contre le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif, a annoncé pour sa part le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin. « Nous placerons » sur la liste des sanctions « M. Zarif plus tard cette semaine », a précisé Steven Mnuchin. Les sanctions visent également huit officiers des Gardiens de la révolution, l'armée d’élite du régime.

► À lire aussi : « Trump ne veut pas la guerre, mais sa politique risque fort d’y mener »

Prêt à discuter à tout moment

Washington ne révèle cependant pas le détail de ces nouvelles sanctions. Mais Donald Trump l’assure : elles empêcheront les hauts responsables iraniens d’accéder à leurs ressources financières. L’objectif est donc de geler des « milliards de dollars » d'actifs iraniens supplémentaires, promet le secrétaire d’État américain au Trésor, Steven Mnuchin. Donald Trump se dit par ailleurs prêt à discuter à tout moment avec les Iraniens. Tout en assurant que « l’Iran n’aura jamais accès aux armes nucléaires ».

La Maison Blanche a donc choisi cette fois-ci de s’attaquer aux personnes et non au pays, déjà étouffé par des sanctions économiques qui ciblent ses secteurs pétrolier et financier. « Notre problème n’est pas avec le peuple d’Iran. Je veux être clair. Nous ne cherchons pas à créer des problèmes pour la population iranienne », a insisté Steven Mnuchin.

« L'armée américaine n'a rien à faire dans le golfe Persique »

Donald Trump « a raison à 100% sur le fait que l'armée américaine n'a rien à faire dans le golfe Persique », écrit Mohammad Javad Zarif, dans un tweet, qui ne fait pas explicitement référence à ces sanctions. Mais il accuse le groupe B, qui désigne John Bolton, conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump, le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu, le prince Ben Salman d'Arabie Saoudite et Cheikh Bin Zayed des Émirats arabes unis de ne pas chercher les intérêts des États-Unis et de vouloir provoquer la guerre contre l'Iran.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.