Accéder au contenu principal
Iran

Nucléaire: l'émissaire français reçu à Téhéran, qui rappelle ses positions

Emmanuel Bonne a rencontré en fin de matinée, ce 10 juillet, Ali Shamkhani, secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale.
Emmanuel Bonne a rencontré en fin de matinée, ce 10 juillet, Ali Shamkhani, secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale. Nazanin Tabatabaee/WANA
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le conseiller diplomatique du président français Emmanuel Macron a rencontré ce mercredi 10 juillet le secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale, l'amiral Ali Shamkhani, le chef de la diplomatie Mohammad Javad Zarif ainsi que le président Rohani pour tenter de trouver une solution pour faire baisser les tensions entre l'Iran et les États-Unis. L'Iran a répété sa position en exigeant la levée des sanctions américaines.

Publicité

De notre correspondant à Téhéran, Siavosh Ghazi

Le ministre iranien des Affaires étrangères a une nouvelle fois rejeté toutes négociations sous la pression. « Il faut que les Américains arrêtent les pressions et le terrorisme économique contre l'Iran et seulement ensuite nous pouvons parler de l'application de l'accord nucléaire », a déclaré Mohammad Javad Zarif, qui a reçu dans l'après-midi l'émissaire du président français Emmanuel Macron.

L'amiral Shamkhani a été encore plus direct en affirmant que l'Iran ne changera pas sa politique qui consiste à se désengager pas à pas de l'accord nucléaire tant que les pays européens n'auront pas fait de gestes concrets.

Si les autres pays appliquent leurs engagements, l'Iran sera aussi prêt à faire des pas pour appliquer les seins, a déclaré le président Hassan Rohani en recevant l'émissaire français qui lui remis une lettre d'Emmanuel Macron.

Hassan Rohani qui a aussi qualifié de « plaisanterie » la demande des États-Unis pour organiser une réunion extraordinaire du Conseil des gouverneurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique alors que Washington a quitté l'accord nucléaire il y a un an.

Téhéran a décidé de ne plus respecter une partie de ses obligations prévues par l'accord nucléaire, notamment en augmentant le niveau de l'enrichissement d'uranium qui est passé à près de 5% et en dépassant la limite autorisée de stock d'uranium enrichi qui était de 300 kilogrammes.

Le porte-parole de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA) a déclaré que la prochaine étape pourrait être de l'enrichissement à 20%.

Ainsi, Téhéran semble camper sur ses positions en demandant aux Européens deprendre des mesures concrètes pour permettre au pays d'exporter son pétrole et d'avoir des relations commerciales et bancaires avec le reste du monde malgré les sanctions américaines.

A lire aussi Nucléaire iranien: comment comprendre les dernières annonces de Téhéran

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.