Accéder au contenu principal
Kurdistan irakien / Turquie

Arrestation d’un suspect du meurtre du vice-consul turc au Kurdistan irakien

Le neveu de Nechirvan Barzani, président du Kurdistan irakien (photo) était présent au moment de la mort du vice-consul de Turquie dans la région.
Le neveu de Nechirvan Barzani, président du Kurdistan irakien (photo) était présent au moment de la mort du vice-consul de Turquie dans la région. REUTERS/Thaier Al-Sudani
Texte par : RFI Suivre
2 mn

L’annonce, signée des autorités kurdes qui signalent aussi l’interpellation d’un possible complice, pourrait avoir d'importantes conséquences dans la région. La Turquie a mené des bombardements punitifs contre des bases du PKK sans attendre la fin de l’enquête, alors même que le groupe armé kurde dément être à l'origine de l'attaque.

Publicité

Depuis le 17 juillet, les seules informations sur le meurtre du vice-consul turc viennent des forces de sécurité kurdes irakiennes et de la Turquie. Sur place, seul un journaliste de la chaîne du parti au pouvoir à Erbil a eu accès aux caméras de surveillances et aux lieux du crime.

Selon l'organisation Reporters sans frontières, un journaliste d'Al Jazeera a été passé à tabac par les forces de sécurité kurdes alors qu’il tentait d'obtenir les mêmes accès. Un journaliste iranien a lui été arrêté.

Les caméras des médias ainsi que les téléphones des passants et possibles témoins ont tous été confisqués. Les réseaux sociaux sont coupés.

L'interpellé serait en réalité une personne déjà incarcérée depuis des mois

Un nuage d’obscurité qui s’explique peut-être partiellement par la situation diplomatique : Ankara est un grand allié des autorités kurdes irakiennes. Et pour ne rien arranger, le neveu du président kurde irakien était présent au moment des faits. Un journal indépendant kurde affirme qu'il serait en réalité l'auteur de la fusillade. Il aurait visé les deux autres peshmergas tués et atteint par erreur le vice-consul.

Un autre média indépendant et respecté affirme en tout cas que le suspect officiellement arrêté samedi était en réalité incarcéré depuis plusieurs mois à Erbil pour une histoire de vol. Il a pourtant le profil tout trouvé: ancien membre du PKK, groupe armé en rivalité avec le parti au pouvoir au Kurdistan irakien et ennemi juré de la Turquie.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.