Accéder au contenu principal
Syrie

Syrie: reprise des bombardements à Idleb après une trêve de courte durée

Une vue aérienne prise le 3 août 2019 montre des bâtiments détruits dans la ville de Khan Cheikhoun, dans la campagne méridionale d'Idleb.
Une vue aérienne prise le 3 août 2019 montre des bâtiments détruits dans la ville de Khan Cheikhoun, dans la campagne méridionale d'Idleb. Omar HAJ KADOUR / AFP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

La trêve n'aura duré que quelques jours, l'armée syrienne a repris ce lundi 5 août ses bombardements sur la province d'Idleb, dans le nord-ouest du pays. La région est dominée par des groupes jihadistes, mais ce sont des centaines de civils syriens qui ont péri ces derniers mois sous les bombes du régime de Damas.

Publicité

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), l'aviation gouvernementale a mené des raids sur la ville de Khan Cheikhoun, dans la province d'Idleb.

Un peu plus tôt dans la journée, l'agence officielle syrienne affirmait que des obus tirés par des « groupes terroristes » s'étaient abattus non loin de la base russe de Hmeimim, à Lattaquié, alliée du régime de Bachar el-Assad.

Dans un communiqué, l'armée syrienne annonçait aussitôt la reprise de ses opérations sur la province d'Idleb, accusant au passage la Turquie, et les groupes armés syriens qu'elle soutient, de ne pas avoir respecté la trêve.

Le cessez-le-feu avait été annoncé jeudi soir par le pouvoir de Damas et aussitôt rejeté par le principal groupe jihadiste de la province d'Idleb, Hayat Tahrir al Sham. Ce dernier refusant de se retirer d'une « zone tampon » prévue par l'accord conclu il y a un an entre la Turquie et la Russie.

La bataille pour Idleb, déclenchée le 30 avril par les troupes gouvernementales, promet d’être la plus longue et la plus meurtrière de la guerre syrienne, rapporte notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh.

En trois mois de combat, qui ont fait près de 2 800 morts, dont 800 civils, et 400 000 déplacés, les lignes de front n’ont pas beaucoup bougé. Après une progression initiale, l’armée syrienne a été bloquée pendant plus d’un mois par de violentes contre-offensives jihadistes. Ce n’est que fin juillet que les troupes gouvernementales ont recommencé à avancer, avec le soutien massif de l’aviation et des conseillers militaires russes.

À lire aussi : Syrie: les bombardements à Idleb visent «essentiellement des cibles sanitaires»

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.