Accéder au contenu principal
Jordanie / Israël

Amman convoque l'ambassadeur d'Israël pour dénoncer les «violations» à Jérusalem

Des affrontements entre policiers israéliens et fidèles sur l'esplanade des Mosquées, haut lieu de tension à Jérusalem, ont fait des dizaines de blessés palestiniens dimanche 11 août 2019, jour d'importantes commémorations juive et musulmane.
Des affrontements entre policiers israéliens et fidèles sur l'esplanade des Mosquées, haut lieu de tension à Jérusalem, ont fait des dizaines de blessés palestiniens dimanche 11 août 2019, jour d'importantes commémorations juive et musulmane. AHMAD GHARABLI / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Amman convoque l'ambassadeur d'Israël pour dénoncer des « violations » à Jérusalem, à la suite des affrontements sur l'esplanade des Mosquées le 11 août dernier, au premier jour de l'Aïd al-Adha musulman et durant la fête religieuse juive Ticha Beav. En Israël, de source gouvernementale, on se contente à ce stade de confirmer que l’ambassadeur israélien à Amman Amir Weissbrod a bien été convoqué au ministère jordanien des Affaires étrangères.

Publicité

Avec notre correspondant à Jérusalem, Michel Paul

Vu d'Israël, le sujet des relations avec Amman est particulièrement sensible. Depuis 1967, c’est la Jordanie qui supervise l’accord selon lequel les non-musulmans ne sont pas autorisés à prier sur l’esplanade des Mosquées, le mont du Temple, lieu saint à la fois pour les musulmans et pour les juifs.

Cette année, la fête musulmane du sacrifice et Tisha Beav la commémoration de la destruction des deux temples tombait le même jour. Une coïncidence de calendrier extrêmement rare.

Après une hésitation et les protestations de la droite nationaliste, le gouvernement israélien a autorisé les visites de fidèles juifs sur l'esplanade des Mosquées ce qui a donné lieu à des affrontements entre musulmans et forces de l’ordre israéliennes.

Le ministre de la Sécurité intérieure Gilad Erdan a estimé que l’accord est injuste. Avec l’aide de Dieu, a-t-il ajouté dans une interview, il faut le changer pour que les juifs puissent prier dans ce lieu saint.

Une petite phrase qui a déclenché la colère des Jordaniens. Rappelons qu’il y a deux ans la mise en place de portiques de sécurité autour de l'esplanade des Mosquées avait provoqué une crise entre Israël et la Jordanie. En fin de compte, le gouvernement israélien avait dû céder.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.