Turquie

Turquie: des maires pro-kurdes remplacés par des fonctionnaires

Ahmet Türk, comme deux autres maires pro-kurdes du sud-est turc, élus lors des élections municipales du 31 mars, a été démis de son mandat dans la nuit de dimanche à lundi 19 août.
Ahmet Türk, comme deux autres maires pro-kurdes du sud-est turc, élus lors des élections municipales du 31 mars, a été démis de son mandat dans la nuit de dimanche à lundi 19 août. ILYAS AKENGIN / AFP

L'AKP avait perdu les municipales le 31 mars, après avoir fait rejouer l'élection à la mairie d'Istanbul. Mais l'opposition a pris dans la nuit de dimanche à lundi 19 août un nouveau coup dur : trois maires pro-kurdes élus dans d'importantes villes du sud-est de la Turquie ont été démis de leurs fonctions, accusés d'activités « terroristes », moins de cinq mois après leur élection.

Publicité

Diyarbakir, Mardin et Van. Ces trois villes importantes du sud-est de la Turquie avaient élu leur maire - respectivement Adnan Selçuk Mizrakli, Ahmet Türk et Bedia Özgökçe Ertan - à une large majorité, entre 54 et 63%. Ces élus du HDP sont désormais remplacés par des fonctionnaires.

Dans un communiqué, le HDP a dénoncé ce lundi un « geste clairement hostile à la volonté politique du peuple kurde ». Il a été soutenu par le maire d'Istanbul :  Ekrem Imamoglu, élu d'un autre parti d'opposition le CHP a critiqué « une pratique » qui « ne peut être associée à des pratiques démocratiques ». « Ignorer la volonté du peuple, a-t-il écrit sur Twitter, est inacceptable. »

→ Lire aussi : Ekrem Imamoglu, l’anti-Erdogan élu maire d'Istanbul

Remplacer des élus par des fonctionnaires choisis par le pouvoir, la pratique est connue : aux municipales de 2014 déjà, le parti pro-kurde avait remporté 102 municipalités ; 95 sont ensuite passées sous contrôle direct du gouvernement…

À chaque fois, la même rhétorique : les élus sont accusés d'appartenance au PKK. L'organisation est classée terroriste par la Turquie, les États-Unis et l'Europe.

La répression s'est en tout cas accentuée depuis trois ans. Les dirigeants du parti sont derrière les barreaux et à la présidentielle de juin 2018, son candidat avait fait campagne… de sa prison.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail