Accéder au contenu principal
Yémen

Yémen: la ville d'Aden repasse aux mains des séparatistes sudistes

Des séparatistes sudistes à Aden le 29 août 2019.
Des séparatistes sudistes à Aden le 29 août 2019. REUTERS/Fawaz Salman
Texte par : RFI Suivre
2 min

Dans le sud du Yémen, le nouveau front ouvert il y a quelques semaines s'installe dans la durée. Mercredi 28 août, les forces loyalistes annonçaient la reconquête de la ville d'Aden mais ce jeudi, les séparatistes sudistes avaient de nouveau le contrôle de la ville à l'issue de combats qui ont fait des victimes.

Publicité

La rupture est violente entre les forces loyalistes et les séparatistes sudistes. Les deux camps étaient pourtant unis ces dernières années pour combattre la rébellion chiite des Houthis. Cette « guerre dans la guerre » pose également la question des alliances régionales car malgré une offensive des forces loyalistes, les séparatistes du sud sont de nouveau maîtres d'Aden. C'est un revers pour le camp gouvernemental qui affirme que ses troupes ont été visées par des frappes aériennes des Émirats arabes unis.

Si cette information est confirmée, elle pourrait être lourde de conséquences pour la coalition régionale en guerre au Yémen. Arabie saoudite et Émirats arabes unis en sont les principaux belligérants et se battent depuis 2015 contre la rébellion chiite des Houthis.

Saoudiens et Émiriens n'ont pas les même alliances au sol

Mais Saoudiens et Émiriens n'ont pas les mêmes alliances sur le sol yéménite. Riyad soutient le président Abed Rabbo Mansour Hadi, alors que les Emirats arabes unis ont tissé des liens avec les séparatistes. Ces derniers rêvent de ressusciter le Yémen du Sud, qui fut indépendant jusqu'en 1990.

Désormais, ce sont les armes qui parlent entre les sudistes et le camp gouvernemental. Ce qui pose la question de la solidité de la coalition régionale qui les soutient.

Je suis arrivée à Aden il y a une semaine et vraiment ce qui m'a choqué en arrivant c'est de voir tout notre personnel qui était vraiment inquiet de la situation et ça c'est vraiment mauvais signe en général. Tout le monde est assez pessimiste sur ce qu'il va se passer dans les prochains jours.

Caroline Seguin de Médecin sans frontière raconte la situation à Aden

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.