Accéder au contenu principal
israel,

Cisjordanie: avant les élections israéliennes, la colonisation se poursuit

Michelle Qassieh, après la destruction de son restaurant à Beit Jala, le 26 août 2019.
Michelle Qassieh, après la destruction de son restaurant à Beit Jala, le 26 août 2019. AFP / Musa Al SHAER
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Dix jours avant les élections israéliennes, la colonisation se poursuit en Cisjordanie occupée. Près de 600 000 colons israéliens sont implantés dans les Territoires Palestiniens, en Cisjordanie et Jérusalem-est. La colonisation est un thème important de la campagne : le Premier ministre Benyamin Netanyahu a renouvelé sa promesse cet été d’annexer des pans entiers de Cisjordanie en cas de réélection et a annoncé de nouvelles constructions.

Publicité

Avec notre envoyée spéciale à Beit Jala,  Marine Vlahovic

Cette colonisation est illégale selon le droit international et présentée comme un obstacle à la paix, elle grignote les terres palestiniennes. Comme au sud de Jérusalem, à Beit Jala, dans une vallée emblématique et stratégique. En début de semaine des colons y ont dressé un avant-poste, quelques jours seulement après la destruction d’un restaurant palestinien avoisinant.

Sur une colline striée d’oliviers, deux camions sont plantés au fond d’un petit terrain, mais ils n’ont rien d’innocents selon Hassan Breijeh du Comité palestinien contre le mur et la colonisation

« À côté des camions, ils ont mis des caravanes ou je ne sais quoi et ils y dorment pour prouver qu’ils utilisent ce terrain », constate-t-il.

Les colons israéliens ont installé cet avant-poste sous la protection de l’armée dans cette vallée du Makhrour, un ensemble d’oliveraies ancestrales, situé à proximité de colonies et la route qui relie Jérusalem au sud de la Cisjordanie.

Et Hassan craint le pire à l’avenir.« Ici, ils vont construire une colonie, et ils réussiront à la connecter aux colonies d’Har Gilo, de Gush Etzion et à la route. Et toute cette zone sera menacée. »

Un restaurant détruit pour la troisième fois

Cette menace est déjà réelle, puisqu’à moins de 100 mètres Michelle Qassieh regarde une pelleteuse qui ramasse les débris de son restaurant. « Ils ont détruit tout », nous glisse-t-elle. Il a été détruit pour la troisième fois par l’armée la semaine dernière, faute de permis mais la quadragénaire est décidée à rester. « Personne ne peut me faire sortir de mon terrain. Ça va prendre du temps, mais on va réussir à construire », dit-elle.

Affirmant avoir acquis ce terrain il y a cinquante ans, le Fonds national Juif a demandé cette démolition, une requête dénoncée par l’ONG La Paix maintenant qui taxe l’organisation de « Fonds pour l’expulsion des Palestiniens ».

►À lire aussi: Cisjordanie: Israël approuve la construction de 2300 logements dans les colonies

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.