Accéder au contenu principal
Prix Bayeux Calvados-Normandie des correspondants de guerre 2019

Le Moyen-Orient au cœur du palmarès du prix Bayeux 2019

Sami Boukhelifa (à droite), journaliste à RFI, a reçu le prix radio du Prix Bayeux Calvados-Normandie, le 12 octobre 2019.
Sami Boukhelifa (à droite), journaliste à RFI, a reçu le prix radio du Prix Bayeux Calvados-Normandie, le 12 octobre 2019. LM
5 mn

La 26e édition du prix Bayeux Calvados-Normandie a décerné ses dix prix récompensant les journalistes et photographes pour leurs reportages en zone de guerre.

Publicité

De notre envoyée spéciale à Bayeux,

Une fois n’est pas coutume, le Moyen-Orient a été au centre de la cérémonie de remise des prix des correspondants de guerre à Bayeux ce 12 octobre. Nombre de nominés dans toutes les catégories ont d’ailleurs dû écourter leur séjour en Normandie pour partir dans le nord de la Syrie ou le sud de la Turquie où le conflit ressurgit.

Et Patrick Chauvel, doublement récompensé pour son reportage à Baghouz en Syrie, ne s’est pas contenu quand il a crié sa rage face à l’offensive turque aujourd’hui : « On abandonne les Kurdes, et je trouve ça dégueulasse. L’histoire se répète, les Kurdes sont devenus les harkis de la région. Il ne faut pas abandonner les gens. »

Ce correspondant de guerre photographe aguerri, réalisateur de documentaire et écrivain qui a couvert 34 guerres, a par ailleurs tenu à rendre un hommage aux fixeurs qui risquent leur vie dans ces zones de conflits, « souvent des jeunes, des étudiants, qui veulent que le monde soit informé de ce qu’ils vivent en pleine guerre ».

« Pour Sama », encore et toujours

Nombre de membres du jury, mais aussi les politiques présents sur scène, ont avoué leur surprise face à l’ovation qu’a provoquée la projection du film documentaire « Pour Sama » sur le siège d’Alep. « Un moment à inscrire au Panthéon du prix Bayeux », selon Patrick Gomont, maire de la ville normande, visiblement lui aussi bouleversé par ce film montrant au plus près les horreurs vécues par les habitants de cette ville syrienne.

►A (re)lire : «Pour Sama», documentaire sur le siège d'Alep ovationné au prix Bayeux

« On vit dans une époque de populisme, et les conséquences de toutes ces guerres reviennent chez nous, en France, en Angleterre etc. Et les politiciens en profitent », a affirmé Gary Knight, le président du jury. Et le célèbre photographe de guerre britannique d’ajouter : « Je pense qu’il est très important d’avoir des voix indépendantes sur le terrain, pour que la société puisse comprendre. »

Le maire de Bayeux s’est réjoui que l’intérêt du public pour l’actualité internationale soit chaque année plus important, plus de 40 000 personnes sont venues assister aux diverses projections portant sur les conflits actuels aux quatre coins du monde. « Merci de nous brusquer, merci de nous surprendre », a-t-il déclaré devant les journalistes et photographes présents ce samedi soir, applaudi par plus d'un millier de spectateurs.


► Le palmarès

Durant deux jours, plus de quarante grands reporters se sont réunis pour décerner les trophées de cette édition 2019.

Sept trophées attribués par le jury international :

Presse écrite : Fritz Schaap, pour Der Spiegel avec « La guerre et l’épidémie » en République démocratique du Congo.

Télévision : Orla Guérin, Lee Durant et Nicola Careem, pour BBC News avec « Yémen : un bus touché par une frappe aérienne ».

Radio : Sami Boukhelifa, pour RFI avec « Voyage au bout du califat » en Syrie.

Photo : Patrick Chauvel, freelance pour Paris Match avec «  Syrie, la fin de Baghouz ».

Télévision grand format : Clément Gargoullaud et Shafat Farooq, pour Babel Press pour Arte Reportage avec « Cachemire : les visages de la colère » en Inde.

Jeune reporter : Wilson Fache, pour L’Orient-le Jour / The national newspaper et Vice avec « Gaza, année noire ».

Image vidéo : Clément Gargoullaud pour Babel Press pour Arte Reportage avec « Cachemire : les visages de la colère » en Inde.

Trois prix spéciaux :

Prix Ouest-France Jean-Marin : Fritz Schaap, pour Der Spiegel avec « La guerre et l’épidémie » en République démocratique du Congo.

Prix du public : Patrick Chauvel, freelance pour Paris Match avec « Syrie, la fin de Baghouz ».

Prix région Normandie des lycéens et des apprentis : Leo Ramirez, Jesus Olarte, Yorman Maldonado, Carlo Reyes, Natasha Vazquez et Edinson Estupinan, pour l’AFP TV avec « Venezuela : crisis at the border ».

► A (re) lire : Le Prix Bayeux récompense le journaliste de RFI Sami Boukhelifa

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.