Etats-Unis / Syrie

Retrait américain de Syrie: un «cauchemar stratégique» pour McConnell

Le chef de la majorité républicaine au Sénat Mitch McConnell au Capitole le 16 octobre 2019.
Le chef de la majorité républicaine au Sénat Mitch McConnell au Capitole le 16 octobre 2019. REUTERS/Carlos Jasso

Le chef de file de la majorité républicaine au Sénat s’est exprimé vendredi soir sur le retrait annoncé des troupes américaines dans une tribune publiée par le Washington Post.

Publicité

« Retirer les forces américaines de Syrie est une grave erreur stratégique ». Voilà la position de Mitch McConnell, pourtant habitué à soutenir le président Trump. « Cela va laisser le peuple américain et son territoire moins en sécurité, enhardir nos ennemis et affaiblir d'importantes alliances », écrit le chef de file de la majorité républicaine au Sénat américain dans une tribune publiée vendredi soir dans le Washington Post.

►À lire aussi : Retrait américain de Syrie: Trump s'emporte contre Nancy Pelosi

Ce n’est pas la première fois que le républicain critique la décision du président américain de retirer les troupes du nord-est de la Syrie. Une annonce qui a coïncidé avec le lancement par la Turquie le 9 octobre de l’offensive contre les Kurdes dans le nord du pays.

Une décision qui fait « régresser » la lutte contre le groupe EI

Selon lui, « la combinaison d'un retrait américain et de l'escalade des hostilités turco-kurdes crée un cauchemar stratégique pour notre pays ». Il estime en effet que « les événements de la semaine écoulée ont fait régresser la campagne des États-Unis contre le groupe État islamique et d’autres terroristes ». Les Kurdes des Forces démocratiques syriennes (FDS) étaient les alliés des États-Unis dans la lutte contre l’organisation EI.

►À lire aussi : Syrie : paix toujours fragile au deuxième jour de la trêve entre Turcs et Kurdes

Mitch McConnell n’hésite pas à comparer la situation avec la décision de Barack Obama de se retirer d’Irak. « Nous avons vu l'État islamique prospérer en Irak après le retrait du président Barack Obama, avertit-il. Nous verrons à nouveau cela en Syrie et en Afghanistan si nous abandonnons nos partenaires et nous retirons de ces conflits avant d'avoir gagné ».

(avec AFP)

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail