Accéder au contenu principal
Syrie/Turquie

Malgré la trêve, des heurts ont éclaté en Syrie près de la frontière turque

Un blindé turc à la frontière turco-syrienne à Ceylanpinar le 22 octobre 2019 (image d'illustration).
Un blindé turc à la frontière turco-syrienne à Ceylanpinar le 22 octobre 2019 (image d'illustration). REUTERS/Huseyin Aldemir
Texte par : RFI Suivre
2 mn

En Syrie, suite à l'accord conclu à Sotchi entre la Russie et la Turquie, des patrouilles conjointes entre les deux armées doivent débuter vendredi dans la zone gagnée par Ankara au cours de son offensive militaire. Mais depuis l'annonce de la trêve, des accrochages intermittents auraient eu lieu. 

Publicité

Ce 30 octobre, selon des sources kurdes et de l'armée syrienne, des combats se seraient produits autour de la localité de Tall Tamr et seraient toujours en cours. Un site d'information kurde affirme que des forces turques et leurs supplétifs syriens auraient attaqué plusieurs villages autour de la zone dite de sécurité établie par les Turcs suite à l'offensive baptisée « Source de paix ».

→ A lire aussi : Trêve en Syrie: l'évacuation des forces kurdes a débuté

Une zone de 32 kilomètres de profondeur, le long de la frontière turque, dont les forces kurdes se seraient retirées, c'est en tous cas ce qu'a affirmé Moscou.

Or, le village de Tall Tamr se situe à moins de 32 kilomètres de la frontière. La Turquie pourrait donc avoir l'ambition de prendre cette localité, tout en respectant l'accord avec Moscou. D'ailleurs les militaires russes qui patrouillent dans la zone ne seraient pas intervenus dans ces combats.

Des images tournées par une agence de presse kurde montrent des panaches de fumée noire au-dessus de Tall-Tamr, des pneus brûlés et des barils de pétrole incendiés pour compliquer le survol de drones turcs.

Une autre source kurde indique que les soldats du régime syrien se seraient retirés de certains postes militaires en bordure de la zone occupée par les Turcs. Le porte-parole des Forces démocratiques syriennes affirme, lui, que des milliers de civils ont pris la fuite vers les localités de Qamishli et de Hassake, revenues sous le contrôle du régime.

Les combats sporadiques se poursuivent, mais il est très difficile de recueillir des informations fiables de cette zone.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.