Accéder au contenu principal
Iran

Comment l’Iran pourrait «venger» la mort du général Soleimani

Un manifestant brandit une photo de l'ayatollah Ali Khamenei et du major-général iranien Qassem Soleimani (à g.), lors d'une manifestation contre la frappe américaine qui a tué le général à Bagdad, le 3 janvier 2020.
Un manifestant brandit une photo de l'ayatollah Ali Khamenei et du major-général iranien Qassem Soleimani (à g.), lors d'une manifestation contre la frappe américaine qui a tué le général à Bagdad, le 3 janvier 2020. WANA (West Asia News Agency)/Nazanin Tabatabaee
24 mn

L’élimination du général iranien Qassem Soleimani, à la tête de la force Al-Qods, une unité d'élite des Gardiens de la Révolution islamique, et Abou Mahdi al Mouhandis, le commandant d'une milice irakienne, dans un raid américain à Bagdad, en Irak, suscite des appels à la « vengeance » de l’Iran et attise les craintes d’un conflit ouvert entre Washington et Téhéran.

Publicité

Le Guide suprême de la Révolution islamique, l’ayatollah Ali Khamenei a déclaré ce vendredi 3 janvier qu’une « vengeance implacable » attend les « criminels » qui ont assassiné le général à la tête de la force Al-Qods, Qassem Soleimani. « Il est évident que les Iraniens ne vont pas rester inertes et sans riposter à ce qu’ils considèrent comme la plus grave agression dont ils ont été victimes depuis de nombreuses années », estime sur RFI Didier Billion, directeur adjoint de l'Institut de relations internationales et stratégiques (Iris), spécialiste du Moyen-Orient.

Toutefois, le spécialiste tempère : « Il n’est pas utile de croire qu’ils vont riposter immédiatement par une série d’attentats, ce n’est pas du tout comme ça qu’ils vont réagir ». Les dirigeants iraniens sont des gens « à sang froid », la première phase, dans laquelle nous nous trouvons, « est une phase d’hommage », indique-t-il, « la riposte viendra plus tard ».

S’attaquer directement aux Américains…

En guise de représailles, l’Iran pourrait tout d’abord s’attaquer aux bases américaines présentes dans la région. Même s’il admet qu’il est « difficile de prévoir ce genre de réactions », pour le spécialiste, « il est clair que les bases américaines seront sûrement ciblées d’une manière ou d’une autre ».

Il est également possible que les Iraniens agissent pour perturber les intérêts américains. Selon des experts, on peut s’attendre à des « remous », notamment dans le détroit d’Ormuz. « On peut imaginer que [...] le trafic des supertankers (pourrait) connaître des difficultés, pour ne pas dire plus », analyse Didier Billion évoquant d'éventuels « détournements de supertankers ».

ou à leurs alliés

« L’Iran a toujours dit que s’il était attaqué soit par Israël, soit par les Américains, ce serait les monarchies du Golfe qui en paieraient le prix immédiatement », détaille Olivier Da Lage, rédacteur en chef à RFI. Les alliés des États-Unis pourraient donc pâtir des conséquences de l’assassinat ordonné par Donald Trump, notamment l’Arabie saoudite ou Israël.

Plusieurs hypothèses ont donc été émises après les premières analyses. Premièrement, les installations pétrochimiques, moteurs de l’économie régionale, pourraient être visées. Mais, selon Olivier Da Lage, une autre industrie pourrait subir les conséquences des tensions accrues au Moyen-Orient, celle du dessalement des eaux. « On en parle moins mais c’est beaucoup plus grave. Il y a les installations de dessalement de l’eau de mer. Si ces installations sont détruites, eh bien en une semaine ou deux, ces pays seraient à genoux », estime le journaliste.

Quelques heures après l’assassinat du général iranien Qassem Soleimani, les conséquences de cette attaque sont encore difficilement prévisibles dans leur forme mais, selon Didier Billion, « nous sommes désormais dans une nouvelle séquence des conflits et des tensions au Moyen-Orient » dont les conséquences « seront d’ampleur et extrêmement négatives pour les peuples de la région ».

À réécoutez, notre édition spéciale sur la mort du général Soleimani :

Édition spéciale après la mort du général iranien Soleimani


En Iran, d'immenses foules manifestent contre les États-Unis

Avec notre correspondant à Téhéran,  Siavosh Ghazi

Des dizaines de milliers d'Iraniens ont manifesté leur colère à Téhéran pour condamner l'assassinat ciblé du général Qassem Soleimani par les États-Unis à Bagdad. Des manifestations identiques ont eu lieu dans les villes de province, notamment à Kerman, ville natale de Qassem Soleimani.

Les dirigeants iraniens, toutes tendances confondues, ont affirmé que l'Iran allait venger le sang versé par les États-Unis.

Le Conseil suprême de la sécurité nationale, qui réunit les plus hauts dirigeants politiques et militaires iraniens, a affirmé dans un communiqué que Téhéran vengera durement l'action criminelle des États-Unis et que Washington sera responsable des conséquences de son acte.

Le général Soleimani a joué ces dernières années un rôle prépondérant dans toute la région. Il a été notamment l'artisan du soutien de l'Iran au régime du président syrien Bachar el-Assad.

Qassem Soleimani a également joué un rôle important dans la création des milices irakiennes qui ont combattu le groupe Daech en Irak. Il a également été très actif dans le soutien de l'Iran au Hezbollah libanais.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.