Russie / Syrie

Visite surprise de Vladimir Poutine à Damas

Le président russe a effectué le 7 janvier 2020 sa première visite à Damas depuis le début de la guerre en Syrie il y a neuf ans. Vladimir Poutine a rencontré Bachar el-Assad dans un centre de commandement russe.
Le président russe a effectué le 7 janvier 2020 sa première visite à Damas depuis le début de la guerre en Syrie il y a neuf ans. Vladimir Poutine a rencontré Bachar el-Assad dans un centre de commandement russe. SANA/Handout via REUTERS

Le président russe Vladimir Poutine s'est rendu ce mardi 7 janvier à Damas pour rencontrer le président syrien Bachar el-Assad. Une visite surprise qui intervient dans un contexte de tensions régionales maximales.

Publicité

Vladimir Poutine est à Istanbul ce mercredi. Aux côtés de son homologue turc Recep Tayyip Erdogan, il inaugure le gazoduc TurkStream. Mais le président russe vient aussi discuter des grands dossiers régionaux : Libye, Syrie, Irak, Iran... La nuit dernière, l'Iran a attaqué des installations américaines en Irak en représaille de l'assassinat ciblé du général Soleimani.

Cette visite du président russe était annoncée de longue date. En revanche, son escale dans la capitale syrienne n'était pas annoncée. Une première depuis le début de la guerre il y a neuf ans, dans un contexte de tensions régionales maximales. Qassem Soleimani était à la tête de l'unité Qods, la force spéciale des Gardiens de la révolution iranienne, chargée des opérations extérieures. Avec des combattants déployés en Syrie, cette unité a joué un rôle incontournable pour soutenir et consolider le pouvoir du président syrien Bachar el-Assad.

Les tensions entre Washington et Téhéran se jouent d'abord en Irak, mais elles pourraient déborder sur le conflit syrien, rappelle notre correspondant à Moscou, Daniel Vallot. Compte tenu du rôle crucial de Téhéran, sur le plan militaire, aux côtés de la Russie et de Bachar el-Assad, un conflit ouvert avec Washington aura sans doute des répercussions très importantes sur le rapport de force en Syrie.

Il n’est donc donc pas anodin que Vladimir Poutine ait décidé d’effectuer cette étape syrienne quelques jours seulement près la mort du général Soleimani. Une manière pour lui de rappeler qu’il est devenu un acteur majeur de la région, de montrer qu’il fera en sorte de veiller à ses intérêts en Syrie, et à ceux de alliés, même si bien évidemment la Russie restera en retrait si le conflit s'aggrave.

Selon la présidence syrienne, les présidents russe et syrien ont discuté des « derniers développements » régionaux, mais aussi des « plans pour éliminer le terrorisme » à Idleb, province du nord-ouest dominée par des jihadistes, bombardée depuis plusieurs semaines par le pouvoir et l'aviation russe. Les « procédures » engagées par la Turquie voisine dans le nord syrien, où Ankara a conquis une bande de territoire frontalière après en avoir chassé des forces kurdes, ont également été évoquées, indique la présidence syrienne.

Vladimir Poutine a salué les progrès « immenses » réalisés en Syrie. Il « a signalé qu'aujourd'hui, on peut constater avec certitude qu'un chemin immense a été parcouru vers la restauration de l'État syrien et de son intégrité territoriale », selon un communiqué du Kremlin. Il s'était déjà rendu en Syrie en 2017, mais s’était contenté d’une visite sur l’une des bases militaires russes dans le pays. Cette fois, il a circulté dans Damas. « Il est visible à l’œil nue dans les rues de Damas que la paix est revenue », a-t-il notamment déclaré.

Le président syrien était tout sourire devant les caméras de télévision. Le régime Assad a repris désormais le contrôle des deux tiers du pays, dont les environs de la capitale, ainsi que les grandes villes à l'instar d'Alep, ancien poumon économique de la Syrie. Vladimir Poutine a rencontré le président el-Assad dans un centre de commandement de l'armée russe. Il a également visité la mosquée des Omeyades. Et en ce jour de Noël orthodoxe, ils se sont rendus à l'antique cathédrale grecque-orthodoxe mariamite de Damas.

Vladimir Poutine et Bachar el-Assad se sont rendus ensemble à la cathédrale mariamite de Damas, le 7 janvier 2020.
Vladimir Poutine et Bachar el-Assad se sont rendus ensemble à la cathédrale mariamite de Damas, le 7 janvier 2020. SANA/Handout via REUTERS

Avec AFP

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail