Accéder au contenu principal

Le Liban adopte le budget 2020 lors d’une séance boycottée par plusieurs partis

Une trentaine des 128 députés libanais ont boycotté la séance parlementaire, lundi 27 janvier 2020.
Une trentaine des 128 députés libanais ont boycotté la séance parlementaire, lundi 27 janvier 2020. REUTERS/Mohamed Azakir
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Le Parlement libanais a adopté ce lundi 27 janvier le projet de budget 2020, prévoyant un déficit d'environ 7 % du PIB, lors d'une séance considérée comme inconstitutionnelle par plusieurs formations politiques, et alors que des centaines de personnes ont tenté sans succès d’empêcher les députés d’arriver à la Chambre.

Publicité

La Chambre s’est réunie en séance plénière pour voter le budget 2020 malgré les tentatives des manifestants de bloquer les avenues menant au Parlement. Rassemblés tôt ce lundi, ils ont jeté des pierres sur les forces de l'ordre déployées en force. Celles-ci ont répliqué par des tirs de gaz lacrymogènes et ont procédé à des arrestations, et ont maintenu les routes ouvertes.

Ce premier acte constitutionnel depuis le soulèvement populaire, le 17 octobre, s’est déroulé dans des circonstances controversées. Une trentaine des 128 députés ont boycotté la séance jugée inconstitutionnelle, notamment par les partis chrétiens des Forces libanaises et des Kataëb, et une quinzaine d’indépendants.

Le Premier ministre Hassan Diab a essuyé de virulentes critiques pour avoir soutenu un budget préparé par le gouvernement précédent de Saad Hariri, qui a démissionné sous la pression de la rue. La loi de finances est tout de même passée, par 49 voix pour, 13 contre et 8 abstentions. Jamais un budget n’aura suscité si peu d’enthousiasme dans les annales parlementaires libanaises, observe notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh.

Le nouveau budget prévoit un déficit de plus de 4,2 milliards de dollars, soit « environ 7 % du PIB », a indiqué à l'Agence France-Presse le président de la commission parlementaire des Finances, Ibrahim Kenaan. Le projet de budget initial, présenté par l'ancien gouvernement tablait sur un déficit de 0,6 % du PIB, contre 7,6 % dans le budget de 2019. Mais la crise économique qui s'est accélérée ces derniers mois a imposé une révision des recettes prévues pour l'année 2020, a expliqué M. Kenaan.

Dans le budget adopté lundi, les recettes prévues devraient reculer à 8,9 milliards de dollars. En contrepartie les dépenses devraient atteindre les 12,1 milliards de dollars, auxquelles s'ajoute une avance à l'Électricité du Liban (EDL) d'environ un milliard de dollars, a encore précisé le président de la commission parlementaire des Finances.

Signe que la tension se faisait ressentir jusqu'à l'intérieur de l'hémicycle, le président du Parlement Nabih Berri a expédié la séance en une demi-journée, alors que les débats duraient habituellement plusieurs jours. La raison de sécurité a été invoquée pour expliquer ce vote à la sauvette. La crainte que les députés qui quittent le Parlement ne puissent plus y revenir, ce qui provoquerait un défaut de quorum.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.