Accéder au contenu principal

Liban: le programme du gouvernement approuvé avant un vote de confiance

Le Premier ministre libanais Hassan Diab au Parlement à Beyrouth, le 27 janvier 2020.
Le Premier ministre libanais Hassan Diab au Parlement à Beyrouth, le 27 janvier 2020. REUTERS/Mohamed Azakir
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Le nouveau gouvernement libanais a approuvé ce jeudi 6 février son programme politique et économique, qui doit être présenté au Parlement les 11 et 12 février pour un vote de confiance, alors que le pays est au bord de l'effondrement économique et financier et que le mouvement de contestation se poursuit sans relâche depuis le 17 octobre.

Publicité

Avec notre correspondant à Beyrouth,  Paul Khalifeh

Le gouvernement de Hassan Diab propose des mesures « douloureuses » dans le cadre d’un plan de sauvetage qui comprend un vaste chantier législatif, judiciaire, de lutte contre la corruption et de décisions correctives des finances publiques, étalé entre 100 jours et trois ans.

Le but ultime est de passer d’une économie de rente à une économie productive et de constituer un filet de protection sociale pour les classes les plus touchées par l’effondrement catastrophique de l’économie.

Le gouvernement se propose de réduire les intérêts sur les crédits et les dépôts afin de stimuler la croissance et baisser le coût de la dette, qui a atteint 90 milliards de dollars, soit plus de 160% du PIB.

À écouter aussi : Le Liban entre incertitude politique et naufrage économique

Le cabinet prévoit des réformes fiscales à travers l’instauration d’un impôt progressif unique et la lutte contre l’évasion fiscale et douanière.

La lutte contre la corruption constitue l’un des pivots du programme. Le gouvernement assure vouloir récupérer les fonds publics volés à travers un projet de loi récompensant les lanceurs d’alertes contre les crimes financiers. L’argent public détourné ou volé se chiffre à des milliards de dollars.

Sur un plan politique, le gouvernement souligne le droit des Libanaises et des Libanais à « résister contre l’occupation israélienne, repousser ses agressions et récupérer les territoires occupés ». Une formule qui satisfait le Hezbollah, lequel soutient l’équipe de Hassan Diab.

À lire aussi : Mission périlleuse pour le nouveau gouvernement au Liban

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.