Accéder au contenu principal

Le Parlement israélien suspendu, l’opposition dénonce un coup de force

Les travaux de la Knesset, le Parlement israélien ont été suspendus par Yuli Edelstein (Likoud), le président sortant du Parlement.
Les travaux de la Knesset, le Parlement israélien ont été suspendus par Yuli Edelstein (Likoud), le président sortant du Parlement. AFP Photos/MENAHEM KAHANA
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Le gouvernement a d’abord considérablement restreint le fonctionnement du pouvoir judiciaire et, ce mercredi 18 mars, le président sortant du parlement a décidé de suspendre le fonctionnement de la Knesset jusqu'à la semaine prochaine. Pour l'opposition, l'avenir du système démocratique israélien est en jeu.

Publicité

Avec notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil

Le Likoud, le parti au pouvoir en Israël, utilise-t-il la crise du coronavirus pour s'octroyer des prérogatives contraires au fonctionnement démocratique ? Pour Benny Gantz, la situation est suffisamment dramatique pour s'adresser solennellement aux Israéliens. Ce mercredi 18 mars dans la soirée, celui qui a été soutenu par une majorité de députés pour former un gouvernement a dénoncé une « tentative sans précédent et anti-démocratique » d'imposer « par la force » un arrêt de l'activité parlementaire. Et il a accusé son rival Benyamin Netanyahu ainsi que le président sortant du parlement, Yuli Edelstein, d'être responsables de ces manœuvres.

Plus tôt dans la journée, Yuli Edelstein avait annoncé un arrêt des travaux du parlement jusqu'à la semaine prochaine. Il invoque un désaccord entre les deux principales formations, le Likoud et Bleu-blanc, sur la composition d'une commission essentielle au fonctionnement du Parlement. Pour lui, soumettre ce différend à un vote en plénière entraverait les négociations menées par les deux partis en vue de la formation d'un gouvernement d'union.

Condamné par le président israélien

Mais la suspension temporaire du parlement est un coup de force inédit dans l'histoire d'Israël. Et Bleu-blanc a saisi la cour suprême pour obtenir l'annulation de cette décision. L'initiative a également été condamnée par le président israélien. Le chef de l'État a enjoint le président de la Knesset à « ne pas laisser la crise [sanitaire], aussi sérieuse soit-elle, endommager [le] système démocratique ». Pour Reuven Rivlin, le Parlement a un « rôle crucial » à jouer dans la lutte face au coronavirus.

À lire aussi : Reportage international - Israël autorise la surveillance téléphonique des malades du coronavirus

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.