Accéder au contenu principal

Gaza: des militants du Hamas arrêtés pour une conversation avec des Israéliens sur Zoom

Les militants palestiniens ont participé lundi 6 avril à une conférence sur l’application Zoom avec des israéliens de gauche pro-palestiniens.
Les militants palestiniens ont participé lundi 6 avril à une conférence sur l’application Zoom avec des israéliens de gauche pro-palestiniens. REUTERS/Mohammed Salem
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Les forces de sécurité du Hamas, au pouvoir depuis 2007 dans l’enclave côtière, ont arrêté jeudi 9 avril des militants palestiniens pour la paix. Ces derniers sont accusés de « trahison » et de « normalisation » pour avoir été en contact avec des Israéliens pro-palestiniens lors d’une vidéoconférence via la plateforme Zoom.

Publicité

Avec notre correspondante à Ramallah, Alice Froussard

C’est le sujet dont tout le monde parle, disent les habitants sur place : l’arrestation des militants par le Hamas. Mais pour le ministre de l’Intérieur de Gaza, « peu importe l’excuse » : « Établir toute activité ou communication avec les forces d'occupation israéliennes, peu importe l'excuse, est un crime au sens de la loi et constitue un acte de trahison de notre peuple », a-t-il déclaré dans un communiqué.

La conférence à laquelle les militants ont participé a eu lieu lundi 6 avril sur l’application Zoom, avec des israéliens de gauche pro-palestiniens. La vie quotidienne, l’occupation et le coronavirus étaient évoqués.

« Prêt à parler » avec tout le monde

Rami Aman était l’un des organisateurs et il a été arrêté. Selon un de ses amis, Hamze Awawde, également militant pour la paix, jamais il n’aurait « trahi » son peuple. « C’est son pragmatisme : il est prêt à parler, même devant des personnes qui assiègent techniquement Gaza, explique-t-il. Il a juste voulu "utiliser" sa liberté d’expression pour être le visage de Gaza. »

Rami a eu l’opportunité de sortir de Gaza plusieurs fois, selon Hamze, et il a toujours insisté pour y retourner, « malgré tous les risques que ça impliquait ». « Il n'a pas du tout l'intention d'abandonner les jeunes avec qui il travaille, donc il a choisi de revenir, poursuit son ami. Et a été arrêté immédiatement après, à Erez, par le Hamas ».

Sa dernière arrestation, c’était en 2019, pour avoir initié un marathon cycliste des deux côtés de la frontière avec Gaza, appelant Israël à mettre fin au blocus.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.