Ouverture du premier procès au monde sur les exactions commises par le régime Assad

Les corps de Syriens tués après une frappe aérienne du régime de Bachar el-Assad dans le quartier al-Maysar d'Alep, le 18 janvier 2014.
Les corps de Syriens tués après une frappe aérienne du régime de Bachar el-Assad dans le quartier al-Maysar d'Alep, le 18 janvier 2014. REUTERS/Hosam Katan

C’est un procès inédit qui s’ouvre ce jeudi à Coblence en Allemagne : deux Syriens vont être jugés pour des exactions attribuées au régime de Bachar el-Assad. Anwar Raslan et Eyad al Gharib ont été arrêtés l’année dernière en Allemagne où ils s’étaient réfugiés après avoir fait défection. Anciens membres des renseignements syriens, ils sont accusés de meurtres et de torture dans un centre de détention. C’est le principe de « compétence universelle » de la justice qui permet la tenue de ce procès dans un autre pays que la Syrie.

Publicité

Avocat syrien, militant des droits de l’homme, Anwar al-Bunni a connu la prison dans son pays de 2006 à 2011. Réfugié en Allemagne, c’est par hasard que sa route croise quelques années plus tard celle de l’homme qui l’avait arrêté : Anwar Raslan, ancien colonel syrien qui comparait à partir de ce jeudi.

« Je venais d’arriver à Berlin. Dans la rue j’ai croisé quelqu’un que j’avais l’impression de connaitre, il était avec sa femme. Je ne l’ai pas reconnu immédiatement mais quelques jours plus tard quelqu’un m’a dit qu’Anwar Raslan était arrivé en Allemagne. C’est là que j’ai compris la personne que j’avais vue était Anwar Raslan… »

Anwar al-Bunni travaille à collecter les preuves et les témoignages pour la tenue de procès hors de Syrie. Parmi ces éléments, le dossier César : 55 000 photographies de corps torturés et exécutés, documents transmis par un membre de la police militaire syrienne ayant fait défection.

« Le dossier César, c’est l’une des preuves que nous apportons au tribunal pour confirmer les récits des témoins, poursuit Anwar al-Bunni. Nous pouvons prouver qu’ils le font vraiment, ce ne sont pas que de histoires que l’on vous raconte, ce sont des faits ! »

Anwar al-Bunni dit qu’il travaille pour que d’autres procès s’ouvrent après celui d’Anwar Raslan et Eyad el Gharib.

Ces hommes venus comme beaucoup de leurs compatriotes en Allemagne ces dernières années ont été reconnus avant d’être arrêtés. Pour ces Syriens en Europe, ce procès doit permettre d’en savoir plus sur les exactions encore peu connues de Damas. Patrick Kroker est l’avocat de Syriens parties civiles….

Ecoutez le reportage de notre correspondant en Allemagne.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail