Accéder au contenu principal

Déconfinement: en Israël, la rentrée des classes divise la population

Des enseignants protestent le 30 avril 2020 à Tel Aviv sur la place Rabin contre le projet du gouvernement de rouvrir les jardins d'enfants et les écoles alors que la propagation du coronavirus se poursuit.
Des enseignants protestent le 30 avril 2020 à Tel Aviv sur la place Rabin contre le projet du gouvernement de rouvrir les jardins d'enfants et les écoles alors que la propagation du coronavirus se poursuit. REUTERS/ Amir Cohen

Poursuite du déconfinement en Israël. Après la réouverture des magasins, à l'exception des centres commerciaux et des marchés, ce sont maintenant les établissements scolaires qui rouvrent leur porte. Une initiative décriée et même en partie boycottée.

Publicité

De notre correspondant à Jérusalem,

Rentrée des classes partielle seulement. À ce stade, seuls les élèves des cours préparatoires et élémentaires et également les classes de première et de terminale reprennent le chemin des établissements secondaires. Ce n’est que le 10 mai que les jardins d’enfants rouvriront leurs portes. Les autres élèves continueront à suivre des cours en télé-enseignement.

Les maires de plusieurs villes, notamment Tel Aviv, refusent d’ouvrir les écoles et accusent Benyamin Netanyahu, le Premier ministre, d’avoir pris la décision à la hâte. « Bibi joue au yo-yo avec le système éducatif », proclame-t-on dans l’opposition. Les associations de parents d'élèves sont également hésitantes.

Rona Boneh mère de deux petits élèves à Haïfa, dans le nord d’Israël, ne craint cependant pas de les envoyer à l’école. « La situation est confuse. On ne sait pas bien comment la situation va se présenter. J'attends de voir comment ça va se passer. Du point de vue de la contamination, je n'ai pas trop de craintes. Les classes vont se faire en petits groupes et j'ai confiance dans les maîtresses et c'est une bonne chose. »

Des dispositions supplémentaires seront décidées dans les prochains jours, indique le bureau du Premier ministre qui ajoute qu’au cours de cette période l’école ne sera pas obligatoire, à l’exception des examens de fin d’étude.

À lire aussi : Le déconfinement permet le retour des travailleurs palestiniens en Israël

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.