Israël : les élus arabes appellent à une grève illimitée face à la crise économique

La police israélienne contrôle les voitures pendant le confinement à un barrage routier temporaire dans le village arabo-israélien de Deir el-Assad, le 16 avril 2020.
La police israélienne contrôle les voitures pendant le confinement à un barrage routier temporaire dans le village arabo-israélien de Deir el-Assad, le 16 avril 2020. Ahmad GHARABLI / AFP

Les élus arabes israéliens appellent au lancement d’une grève illimitée à partir de ce mardi. Ils protestent contre le manque de soutien financier de la part du gouvernement face à la crise économique déclenchée par le coronavirus. Ils affirment ne plus avoir les moyens de maintenir les services publics dans leurs communes.

Publicité

De notre correspondant à Jérusalem,

Ramassage des déchets, nettoyage et aides sociales : les services municipaux sont désormais à l’arrêt dans les villes arabes d’Israël.

Pour Youssef Jabarine, député de la Liste unie, coalition de partis majoritairement arabes, ces localités sont désormais totalement prises à la gorge.

« La grande majorité des localités arabes souffrent d’un statut socio-économique inférieur, explique-t-il. Donc avant même le début de la crise, elles souffraient de problèmes économiques. Et maintenant, la crise ne rend les choses que plus difficiles pour elles. »

En geste de soutien face à la crise économique, les entreprises ont été exonérées de taxes municipales pendant trois mois. Et le gouvernement s’est engagé à compenser les mairies. Mais les localités arabes, où près de 15% de la population du pays vit, ne touchent que 2,3% des aides publiques. Cela correspond à la proportion d’entreprises installées dans ces villes, mais Youssef Jabarine rejette cet argument. « C’est ainsi en raison d’une discrimination historique visant la communauté arabe et l’absence de développement de zones industrielles dans ces localités, commente le député. Donc en réalité, elles sont doublement punies. »

La grève qui débute ce mardi est annoncée comme un mouvement illimité. Et pour faire plier le gouvernement, la Liste unie s’apprête aussi à saisir la Cour suprême israélienne.

► À lire aussi : Coronavirus: près de 50000 travailleurs palestiniens autorisés à revenir en Israël

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail