Accéder au contenu principal

Coronavirus: réouverture de l'Esplanade des mosquées à Jérusalem

Les fidèles prient sur le complexe abritant la mosquée al-Aqsa, alors qu'elle a rouvert aux fidèles après une fermeture de deux mois et demi en raison de la pandémie de Covid-19, le 31 mai 2020.
Les fidèles prient sur le complexe abritant la mosquée al-Aqsa, alors qu'elle a rouvert aux fidèles après une fermeture de deux mois et demi en raison de la pandémie de Covid-19, le 31 mai 2020. REUTERS/Ammar Awad
Texte par : Michel Paul
2 min

Les mosquées de Jérusalem et principalement al-Aqsa, qui était fermée depuis le 15 mars dernier, ont rouvert ce dimanche 31 mai. Ce lieu particulièrement sensible de l’esplanade des Mosquées est administré par le Waqf de Jérusalem, un organisme qui pour des raisons historiques dépend de la Jordanie.

Publicité

De notre correspondant à Jérusalem,

« Par l'esprit et par le sang nous sauverons al-Aqsa. Allahou Akbar (Dieu est grand) », se sont écriés les milliers de fidèles qui se sont élancés ce dimanche 31 mai à l’aube pour le Fajr, la prière du matin sur l’Esplanade des mosquées, désormais réouverte après plus de deux mois de fermeture.

De son côté, le cheikh Omar, le directeur de la mosquée al-Aqsa, le troisième lieu saint de l’Islam est confiant car toutes les mesures de précaution ont été prises. « La mosquée ne fermera pas une nouvelle fois. La vie va reprendre son cours normal en coexistence avec le virus. Inch’Allah! », a-t-il déclaré.

« Aujourd’hui c’est le premier jour de réouverture et il y avait beaucoup de monde ».

Toutefois, certains des fidèles ont préféré attendre la mi-journée pour éviter les bousculades à l’entrée de l’esplanade. « C’est une sensation formidable bien sûr ! Toutes les mosquées sont à nouveau ouvertes. C’est extra. Je pense que c’était une bonne décision de fermer toutes les mosquées. Aujourd’hui c’est le premier jour de réouverture et il y avait beaucoup de monde.Tout le monde avec des masques », raconte l’un d’eux.

Une émotion accompagnée d’un regain de tension après la mort samedi 30 mai de Iyad Elhalak, un Palestinien de 32 ans atteint d’autisme abattu par des garde-frontières qui pensaient qu’il était armé, à deux pas de l’une des entrées de l’Esplanade des mosquées.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.