Accéder au contenu principal

Annexion de la Cisjordanie: les Palestiniens manifestent contre le plan américain

Des Palestiniens manifestent à Ramallah contre l'application du plan américain en Cisjordanie le 1er juillet 2020.
Des Palestiniens manifestent à Ramallah contre l'application du plan américain en Cisjordanie le 1er juillet 2020. AP Photo/Majdi Mohammed
Texte par : RFI Suivre
2 mn

C’était à partir de ce mercredi que Benyamin Netanyahu pouvait annoncer si Israël appliquait ou non le plan américain pour le Proche-Orient. Sa mise en œuvre prévoit d’annexer au moins 30% de la Cisjordanie occupée et la création d'un futur Etat palestinien, mais démilitarisé, sur un territoire morcelé et sans Jérusalem-Est pour capitale. 

Publicité

Avec notre correspondante à Ramallah, Alice Froussard

Il n'y a finalement pas eu d'annonce ce mercredi 1er juillet, mais dans les Territoires palestiniens, les habitants ont voulu faire entendre leur colère. A Ramallah, siège de l’autorité palestinienne, les manifestants étaient peu nombreux, une centaine à peine, mais unis contre l’application du plan américain. On pouvait y voir des drapeaux, des pancartes contre l’annexion, mais aussi contre l’occupation, ou pour la libération des prisonniers palestiniens.

« Comment va-t-on vivre alors qu’Israël contrôle déjà tout, et que l’Autorité palestinienne n’a plus d’autorité ? », s’interrogent les habitants. « On manifeste car c’est notre identité qui va disparaitre », déplorent-ils, avant d’ajouter que l’annexion existe déjà, de facto, sur le terrain.

2 000 manifestants à Gaza

Dans la bande de Gaza en revanche, les rassemblements étaient plus importants
avec près de 2 000 Gazaouis, dont l’un des responsables du Hamas. Selon des habitants sur place, la tension est plus palpable dans l’enclave côtière. La pauvreté, les restrictions de mouvements, la fin du versement des salaires de la part de l’Autorité palestinienne depuis plus d’un mois contribue à faire monter l'angoisse. Tout cela se mêle désormais à un mélange d’inquiétude et de peur depuis que le mouvement islamiste au pouvoir a précisé qu’une déclaration d’annexion signifiait déclaration de guerre.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.