Accéder au contenu principal
REPORTAGE

Coronavirus: la Cisjordanie se reconfine

Vue aérienne des rues de Ramallah vidées de sa population en période de confinement, le 23 mars 2020.
Vue aérienne des rues de Ramallah vidées de sa population en période de confinement, le 23 mars 2020. ABBAS MOMANI/AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

La Cisjordanie est à nouveau confinée, pour cinq jours minimum. Depuis ce vendredi matin, les Palestiniens ne peuvent plus sortir de chez eux et tout a fermé, sauf les pharmacies, supermarchés et boulangeries, sont soumises à un couvre-feu, et les travailleurs palestiniens doivent rester en Israël. Des mesures strictes pour faire face à la hausse du nombre de malades du coronavirus, qui a doublé en une semaine.

Publicité

Avec notre correspondante à Ramallah, Alice Froussard

Les rues sont vides, tous les magasins fermés, et l’appel à la prière incite les habitants à rester chez eux. Le calme est impressionnant. Mais cette fois, le confinement donne une impression de déjà-vu. Ahmad est manager de Wadi Climbing, une salle d’escalade à Ramallah qui a été fermée pendant 3 mois. « On vient de rouvrir, et là, on est à nouveau confinés. C’est très embêtant. Les gens étaient contents de retrouver la vie normale, reprendre le sport, profiter de la salle de sport. Et moi, c’est mon travail. Donc là, je ne travaille plus, et comme plus personne ne peut venir, ça affecte Wadi Climbing. On n'a plus d’argent pour payer le loyer de la salle. »

Plus prudent, mais économiquement compliqué. A Ramallah, de nombreux cafés et restaurants n’ont même pas rouvert après le premier confinement, ne pouvant plus payer leurs employés. Ashraf Treish, le propriétaire de Zest, un restaurant du centre-ville, est partagé. « Je sais que les gens n’en peuvent plus de rester chez eux. Mais en tant que restaurateur, on a bien vu qu’il y avait une baisse de clientèle, particulièrement les deux dernières semaines, depuis que le virus se propage, et que le nombre de cas augmente de plus en plus. Les gens ont juste peur de sortir. Espérons que ce nouveau confinement leur donnera un peu de motivation pour revenir. » Et d’ajouter, optimiste : « peut-être que ça ne durera que cinq jours ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.