Accéder au contenu principal

Coronavirus en Israël et dans les Territoires palestiniens: le confinement se renforce étape par étape

Passants portant des masques de protection contre le Covid-19 dans la vieille ville de Jérusalem, le 6 juillet 2020.
Passants portant des masques de protection contre le Covid-19 dans la vieille ville de Jérusalem, le 6 juillet 2020. REUTERS/Ammar Awad
Texte par : RFI Suivre
3 mn

En Israël et dans les Territoires palestiniens, le nombre de nouveaux cas de coronavirus est toujours à la hausse. Le ministère de la Santé israélien a annoncé le franchissement d’un cap symbolique ce mardi : plus de 1 000 nouveaux cas recensés en 24 heures. La gestion de la crise par le gouvernement fait plus de mécontents que de satisfaits.

Publicité

De notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil

Des deux côtés, les autorités renforcent le confinement pour tenter d’enrayer cette hausse des contaminations.

Après avoir réinstauré un confinement général jusqu’à au moins mercredi matin, le gouvernement palestinien souhaite désormais fermer totalement l’accès à son territoire. « Les mesures de l’occupation (israélienne) et notre manque de contrôle des points de passage sont les principales raisons de l’augmentation du nombre de cas de Covid-19 », juge le Premier ministre. Mohamed Shtayyeh demande à Israël de fermer les points de passage. Et il annonce également qu’il entend demander à l’ONU d’en prendre le contrôle.

Pas plus de 20 personnes dans les espaces fermés

Le gouvernement israélien, lui, a ordonné la fermeture des bars, salles de spectacle et salles de sport. Dans les espaces fermés comme les restaurants, transports en commun et salles de prière, le nombre de personnes doit rester inférieur ou égal à 20. Et le ministre de la Santé prévient qu’un confinement général pourrait être annoncé la semaine prochaine si la courbe des infections n’est pas aplatie d’ici là.

►À lire aussi : Lutte contre le Covid-19 en Israël: de nouvelles mesures loin de faire l’unanimité

Dans la nuit, le Parlement israélien a aussi adopté deux lois dans le cadre de la lutte contre le coronavirus. L’une multiplie par 2,5 le montant des amendes pour non-respect de l’obligation du port du masque dans l’espace public : les contrevenants s’exposent désormais à des amendes de 120 euros. La seconde permet au gouvernement, critiqué pour sa lenteur à réagir, d’imposer des mesures sans devoir se soumettre à un contrôle de la Knesset pendant sept jours. Les détracteurs de cette loi dénoncent un texte fragilisant le fonctionnement démocratique des institutions.


► Les critiques se font de plus en plus entendre

Siegal Sadetzki était la directrice de la Santé publique depuis un an et demi. À ce poste, elle était la médecin la plus proche du niveau décisionnel durant les premiers mois de la pandémie de coronavirus. Mais ce mardi, elle a présenté sa démission. Sans en cacher les motivations: « Après des succès dans la lutte contre le virus, la nouvelle politique s'est avérée un échec » a-t-elle écrit sur Facebook, accusant le nouveau gouvernement de ne pas « accepter son avis professionnel ».

Siegal Sadeztki estime que le déconfinement fut trop rapide et elle juge que le gouvernement aurait dû réinstaurer rapidement des restrictions de regroupement lorsque les taux d’infection ont commencé à marquer une nette augmentation.

Sur la scène politique également, les critiques se font entendre. Yair Lapid, le chef de l’opposition, affirme que la gestion de cette crise est désormais « un échec national humiliant ». Dans les premiers mois de la pandémie, Benyamin Netanyahu bénéficiait d’un important soutien populaire. Début mai, sa gestion de la crise était soutenue par trois Israéliens sur quatre.

Mais la situation s’est aujourd’hui inversée. Selon un sondage publié ce mardi, 59% des Israéliens ne font pas confiance au gouvernement pour gérer cette deuxième vague. Et Benyamin Netanyahu en paye un prix personnel, désormais sa gestion de la crise fait plus de mécontents que de satisfaits.
G.D

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.