Accéder au contenu principal
Reportage

Les manifestations anti-Netanyahu se multiplient en Israël

Manifestation à l'extérieur de la résidence du Premier ministre Netanyahu à Jérusalem, ici le 14 juillet 2020.
Manifestation à l'extérieur de la résidence du Premier ministre Netanyahu à Jérusalem, ici le 14 juillet 2020. REUTERS/Ronen Zvulun/File Photo

Quelques centaines d'Israéliens se sont rassemblés ce jeudi soir devant la résidence officielle du Premier ministre à Jérusalem. Une manifestation pour réclamer le départ de Benyamin Netanyahu. C'était la troisième au même endroit en moins d'une semaine. Et d'autres rassemblements ont également eu lieu à Tel Aviv. Nourrie par le procès pour corruption en cours du chef du gouvernement et la gestion de la crise du coronavirus, la grogne anti-Netanyahu gagne actuellement en ampleur.

Publicité

De notre correspondant à Jérusalem,

Magal Shahar est venu du nord du pays pour cette manifestation; deux heures de route dans chaque sens pour marquer son opposition au Premier ministre. Cette psychologue brandit une pancarte sur laquelle il est inscrit « corrompu : nous en avons assez ». Et elle se réjouit de voir les rassemblements anti-Netanyahu se multiplier. « Il semble que les gens se réveillent, dit-elle. Le désespoir grandit et nous lui disons : "tu es censé être celui qui nous représente mais c'est nous, les patrons. Et nous ne sommes pas satisfaits de toi". »

Un désespoir basé sur le rejet d'un Premier ministre actuellement jugé dans trois affaires de corruption mais aussi sur la crise économique déclenchée par le coronavirus. Pour Amit Tshizik, un travailleur social de Haïfa, le gouvernement est désormais déconnecté de la réalité du pays : « Nous voulons un gouvernement logique, qui ne manquera pas de respect à l'égard de ses citoyens, qui entendra ses souffrances et qui sera capable de gérer cette crise, comme c'est le cas dans le reste du monde. »

Jusqu'à présent, les manifestations anti-corruption n'avaient pas fragilisé la base électorale de Benyamin Netanyahu. Mais la multiplication des griefs est une source d'inquiétude pour un Premier ministre dont la côte de popularité chute.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.