Accéder au contenu principal

Irak: les fausses informations favorisent la propagation dramatique du Covid-19

Un employé du ministère de la Santé irakien délivrant des conseils sur les mesures de précaution contre le coronavirus dans une station de radio à Basra, le 13 juillet 2020.
Un employé du ministère de la Santé irakien délivrant des conseils sur les mesures de précaution contre le coronavirus dans une station de radio à Basra, le 13 juillet 2020. Mohammed Aty/Reuters
Texte par : RFI Suivre
2 mn

L'épidémie de coronavirus continue de s’accélérer en Irak. Le pays approche désormais de la barre des 100 000 cas et des 4 000 morts. Pourtant, une grande partie de la population ne respecte toujours pas les mesures sanitaires imposées par le gouvernement. Pis, de vastes campagnes de désinformation, entre remèdes miracles et théories du complot, poussent les Irakiens à douter de l'existence du virus ou de ses effets.

Publicité

De notre correspondante à Bagdad, Lucile Wasserman

« La pandémie est terminée, l'OMS a annoncé que le coronavirus était un malentendu » : voilà le genre de message que l'on peut lire sur les réseaux sociaux, relayés par des centaines d'Irakiens. Au pays des deux fleuves, et au Moyen-Orient en général, les théories du complot ont la peau dure.

Il faut dire qu'en Irak, peu ont été formés au « fact checking », la vérification des faits. Problème : dans une situation épidémique, ces fausses informations poussent une population déjà peu respectueuse des mesures sanitaires à ne pas suivre le dispositif de protection mis en place contre le coronavirus.

► À lire aussi : «Je n'ai plus de travail»: les Irakiens désemparés face à la crise du Covid-19

Le système de santé irakien au bord de l'effondrement

Quelques groupes de bénévoles irakiens se mobilisent donc, depuis des mois, pour non seulement tenter de contrer ces campagnes ou ces faits erronés, mais aussi pour relayer des informations vérifiées et les préconisations de l'Organisation mondiale de la santé contre le virus.

Depuis début mai, l'Irak connaît une flambée de nouvelles infections et le système de santé, déjà à bout de souffle en temps normal, est au bord de l'effondrement. Au total, le pays devrait bientôt officiellement atteindre les 100 000 cas et les 4 000 morts, même si beaucoup d'infections ont pu échapper au contrôle des autorités, en raison des comorbidités ou de la stigmatisation sociale de la maladie au Moyen-Orient.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.