Accéder au contenu principal

Irak: le Premier ministre Mostafa al-Kazimi en visite en Iran

Le Premier ministre irakien, Mostafa al-Kazimi, s'est rendu en Iran le mardi 21 juillet. L'occasion pour les deux pays de réitérer leur souhait d'élargir leurs relations bilatérales.
Le Premier ministre irakien, Mostafa al-Kazimi, s'est rendu en Iran le mardi 21 juillet. L'occasion pour les deux pays de réitérer leur souhait d'élargir leurs relations bilatérales. IRANIAN PRESIDENCY / AFP
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Le Premier ministre irakien Mostafa Al Kazimi s'est rendu en Iran ce mardi 21 juillet, à l'occasion de sa première visite à l'étranger depuis sa prise de fonctions en mai dernier. Une visite régionale qui devait aussi le mener en Arabie saoudite, mais qui a été annulée en raison des soucis de santé du monarque saoudien.

Publicité

Dans ses relations avec ses deux puissants voisins, l'Iran et l'Arabie saoudite, également rivaux régionaux, le chef du gouvernement irakien doit jouer à l’équilibriste. « Cette tournée initialement régionale, est l’occasion pour Mostafa al-Kazimi, d’adresser des messages aussi bien aux Iraniens qu’aux Saoudiens, qui se considèrent entre eux comme des ennemis. Leur dire que Bagdad se positionne à équidistance de Téhéran et de Riyad. Il doit faire preuve de diplomatie afin de trouver le juste équilibre », analyse Ihsan Shamary, professeur de sciences politiques à l’université de Bagdad, au micro de Sami Boukhelifa, du service international de RFI.

L’objectif est d’éviter que l’Irak ne se transforme en un terrain d’affrontements pour l’Iran d’un côté et l’Arabie Saoudite et son allié américain de l’autre. « Voilà donc en théorie ce que cherche à faire Mostafa al-Kazimi. Mais dans les faits, il n’est pas certain qu’il y parvienne, estime Ihsan Shamary. Certains partis en Irak défendent les intérêts iraniens et ne laisseront jamais le champ libre à Mostafa al-Kazimi pour qu’il puisse trouver le juste équilibre dans ses relations régionales. »

Élargir les relations bilatérales

Les discussions entre Mostafa al-Kazimi et le président iranien Hassan Rohani ont notamment porté sur les moyens de renforcer les liens commerciaux, sur la lutte contre le nouveau coronavirus et sur les efforts destinés à assurer la stabilité de la région.

« Les deux gouvernements souhaitent élargir les relations bilatérales pour atteindre 20 milliards de dollars », a indiqué le président iranien. Ce dernier a également affirmé la volonté de Téhéran de « soutenir l'Irak, pour sa stabilité et la stabilité de la région ».

L'Irak est l'un des principaux marchés pour les exportations non pétrolières de l'Iran mais le commerce bilatéral a récemment baissé en raison de la pandémie de Covid-19 qui a entraîné une fermeture des frontières.

Hassan Rohani a aussi promis d'aider Bagdad en lui « fournissant autant que possible tous les produits sanitaires et médicaux nécessaires » pour lutter contre le coronavirus.

À lire: « Je n'ai plus de travail »: les Irakiens désemparés face à la crise du Covid-19

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.