Accéder au contenu principal

Israël: les manifestations anti-Netanyahu ne faiblissent pas

Depuis plusieurs semaines, désormais, les rassemblements se multiplient, les manifestants réclament la démission du Premier ministre Benyamin Netanyahu. Ils étaient plusieurs milliers dans les rues de Jérusalem le 21 juillet 2020.
Depuis plusieurs semaines, désormais, les rassemblements se multiplient, les manifestants réclament la démission du Premier ministre Benyamin Netanyahu. Ils étaient plusieurs milliers dans les rues de Jérusalem le 21 juillet 2020. MENAHEM KAHANA / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Plusieurs milliers d'Israéliens ont encore manifesté, mardi 21 juillet, à Jérusalem pour réclamer la démission du Premier ministre Benyamin Netanyahu. Les protestataires dénoncent les accusations de corruption visant le chef du gouvernement, mais aussi sa gestion de la pandémie de coronavirus. Depuis plusieurs semaines, désormais, les rassemblements se multiplient et les manifestants promettent de poursuivre le mouvement.

Publicité

Avec notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil

Mardi, la manifestation devait se terminer à 23 heures. Mais une heure plus tard, les protestataires dansaient et scandaient toujours des slogans devant la résidence officielle du Premier ministre.

« Nous allons rester ici toute la nuit », dit un orateur au mégaphone. Les manifestants affichent leur détermination.

Le mouvement est parti pour durer, assure Itay Raviv, un jeune homme venu de Tel Aviv : « Cela va durer tout l'été, je pense. Jusqu'à ce que le coronavirus passe ou que Bibi s'en aille, en prison, à son procès. Regardez tous les gens ici ! Tout le monde est en colère, triste. Les gens n'ont plus d'argent. Et la gestion du coronavirus n'a pas été bonne. On va vers un nouveau confinement ».

À la recherche d'une alternative

Ron Barnea se souvient du mouvement contre la vie chère en 2011, qui avait fait descendre dans la rue des centaines de milliers d'Israéliens. « Rien n'a changé après cela », regrette-t-il. Mais pour ce trentenaire, ce mouvement-ci de contestation est porteur d'espoir.

« Ce qu'on voit en Israël à chaque fois, c'est qu'il y a une énorme méfiance à l'égard de Netanyahu, assure Ron Barnea. Mais personne ne voit d'alternative. J'espère qu'une alternative va naître de ce mouvement, une personne ou une sorte de mouvement dirigeant. »

Vers minuit et demi, la police a investi la place et poussé sans ménagement les manifestants. Pendant plusieurs dizaines de minutes, ceux-ci ont résisté aux assauts violents des forces de l'ordre en scandant « honte » à chaque bousculade.

À lire aussi : Israël: l'exécutif sous le feu des critiques pour sa gestion de l'épidémie de Covid-19

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.