Accéder au contenu principal
Reportage

Liban: un secteur hospitalier à bout de souffle voit arriver une nouvelle vague de Covid-19

Des infirmières aux côtés de manifestants anti-gouvernementaux à Beyrouth, le 20 mai 2020.
Des infirmières aux côtés de manifestants anti-gouvernementaux à Beyrouth, le 20 mai 2020. JOSEPH EID / AFP
Texte par : RFI Suivre
2 mn

Alors que le Liban a atteint mercredi son nombre le plus élevé de cas quotidiens et que le pays s'apprête à vivre une deuxième vague qui pourrait être plus violente que la première, les hopitaux doivent faire face à de lourds problèmes financiers.

Publicité

De notre envoyée spéciale à Beyrouth, Oriane Verdier

Le docteur Jacques Mokhbat est inquiet. Il est infectiologue, membre de la Commission libanaise de lutte contre le coronavirus. Alors que l'augmentation du nombre de cas ne fait que commencer, il sait que les hôpitaux et leurs personnels sont déjà à bout de souffle.

« Il y a vraiment un burnout du corps médical et infirmier, explique-t-il. Surtout avec la crise économique, le personnel est très mal payé. La crise du coronavirus est venue comme la cerise sur le gâteau. Avec l’addition des deux problèmes, cela devient catastrophique pour le pays. »

Le gros travail des ONG

La première vague semblait pourtant avoir été exceptionnellement bien gérée. Mais ce premier succès n'est pas dû à une bonne gestion des autorités, selon Maroun Karam, fondateur d'un mouvement offrant des logements aux personnel hospitalier. « Ce n'est pas le gouvernement qui a gagné la première bataille. Nous l'avons gagnée et le gouvernement s'en est attribué le mérite. Entre l'apport de nourriture, de médicaments, d'équipements d'hygiène et d'hébergements, nous sommes environ 55 ONG au Liban à s'être organisées en collaboration, il n'y pas que le gouvernement et les partis politiques. »

Aujourd'hui, les Libanais se concentrent surtout sur leur survie au quotidien. Leurs comptes bancaires sont gelés, pris dans la crise des banques. L'épidémie ne semble pour l'heure qu'un problème de plus.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.