Accéder au contenu principal

Iran: arrestation du chef d'un «groupe terroriste» basé aux États-Unis

L'ayatollah Khamenei lors de son sermon à Téhéran le vendredi 17 janvier 2019.
L'ayatollah Khamenei lors de son sermon à Téhéran le vendredi 17 janvier 2019. REUTERS
Texte par : RFI Suivre
2 mn

L'Iran a annoncé ce samedi 1er août l'arrestation dans une opération complexe du chef d'un groupe d'opposition vivant aux États-Unis et qui avait revendiqué un attentat contre une mosquée du sud du pays en 2008, qui avait fait 14 morts et 200 blessés.

Publicité

Avec notre correspondant à TéhéranSiavosh Ghazi

Le ministère des Renseignements a affirmé que les détails concernant l’arrestation du chef d’un groupe d’opposition vivant aux États-Unis seront donnés ultérieurement. Dans un communiqué laconique, le ministère iranien a simplement annoncé que « Jamshid Sharmahd, chef du groupe terroriste Tondar basé aux États-Unis (...), est désormais entre ses agents après une opération complexe ».

Selon le communiqué le chef du groupe monarchiste et anti-islamiste avait organisé en 2008 un attentat meurtrier contre une mosquée à Shiraz, située dans le sud du pays, qui avait fait 14 morts et 200 blessés. Il avait aussi tenté de faire exploser un barrage à Shiraz et un attentat contre le mausolée de l'imam Khomeini, fondateur de la République islamique, situé dans le sud de Téhéran.

Seconde arrestation

Le groupe Tondar, qui signifie « tonnerre » en persan est une association monarchiste et avait pour but de renverser la République islamique. Son chef vivait en Californie. En octobre dernier, les Gardiens de la révolution avaient arrêté un autre opposant iranien : Rouhollah Zam dans une opération identique. Il était tombé dans un piège. Selon les médias iraniens, il avait été attiré en Irak pour rencontrer des opposants iraniens.

Rouhollah Zam vivait en France et dirigeait le canal telegram Amadnews qui appelait régulièrement les Iraniens à descendre dans la rue pour renverser le pouvoir iranien. Fin juin, Rouhollah Zam a été condamné à mort pour avoir appelé à des manifestations contre le pouvoir.

C'est un groupe qui n'est absolument pas connu en Iran...

Azadeh Kian, sociologue, professeur à l'université de Paris VII

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.