Accéder au contenu principal

Explosions à Beyrouth: sidération et dévastation dans la capitale libanaise

Le souffle de l'explosion a dévasté les rues de Beyrouth le 4 août 2020.
Le souffle de l'explosion a dévasté les rues de Beyrouth le 4 août 2020. AP Photo/Hassan Ammar
Texte par : RFI Suivre
27 mn

Corps gisant au sol, immeubles dévastés, carcasses de voitures : les deux énormes explosions survenues mardi dans le port de Beyrouth ont tué au moins 113 personnes et blessé 4 000 autres, d'après un dernier bilan ce mercredi après-midi. Selon le gouverneur de la capitale libanaise, les dommages estimés à plus de trois milliards de dollars s'étendent à près de la moitié de la ville. Jusqu'à 300 000 personnes sont désormais sans domicile.

Publicité

À l’entrée du principal hôpital public de Beyrouth, Brahim a la chemise tachée de sang. Il attend des nouvelles de son amie, elle a été blessée à la tête et à l’œil. Il était dans le centre-ville, tout proche de l’explosion.

« Je suis allé directement aux souks de Beyrouth pour y retrouver mon amie, car elle était seule. Toutes les vitrines étaient brisées dans ce centre commercial. Elle était blessée, je l’ai portée et l’ai emmenée à un premier hôpital, mais ils ne pouvaient pas la prendre en charge, il y avait trop de blessés. Alors je l’ai amenée ici, à l’hôpital public, car c’est plus grand », explique le jeune homme.

Une ville dévastée

Le son des ambulances a résonné durant des heures dans Beyrouth, choquée et ensanglantée, rapporte notre correspondante à Beyrouth, Laure Stéphan. Dans le quartier de la Quarantaine, attenant au port où s’est produite la double explosion, Wissam est en état de sidération. 

Là, on est frappés physiquement dans la chair. C'était vraiment la dernière des choses que les gens pouvaient supporter actuellement. Il fallait voir le regard des gens dans les rues.

Marie-Jo Sader, journaliste franco-libanaise

« Une très grosse explosion s’est produite. Nous étions présents ici. Même pendant la guerre, on n’a pas vécu une chose comme ça, a-t-il raconté au micro de RFI. Les appartements sont cassés, comme vous pouvez le voir. Il y a des morts et des blessés. Dans le quartier, il y a beaucoup de personnes âgées. On les a évacuées par les escaliers, car il n’y a pas d’ascenseurs dans les immeubles. Mon seul souci a été d’aider à évacuer les gens, amener les blessés vers les hôpitaux ».

Trois hôpitaux de campagne doivent ouvrir

Trois hôpitaux de campagne doivent ouvrir pour prendre le relais de structures saturées. Les secours se poursuivent ce mercredi pour essayer de retrouver les personnes portées disparues. Des pages et des comptes ont été créés sur Facebook et Instangram pour retrouver des proches et des amis qui n’ont plus donné signe de vie. Parmi les disparus figurent des soldats et des pompiers qui essayaient d’éteindre l’incendie qui s’est déclaré dans l’enceinte du port avant les explosions. Des corps ont été retrouvés dans la mer, parfois à 500 mètres du rivage, relate notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh.

Les opérations de secours se poursuivent sous la supervision de l’armée libanaise, qui a bouclé des secteurs de la capitale pour faciliter le travail des secouristes, mais aussi pour protéger les biens des habitants qui ont dû quitter leurs domiciles endommagés. Ce mercredi vers la mi-journée, un immeuble s’est effondré sur ses occupants dans le quartier d’Achrafié près du port. 

Encore enveloppée d’un léger nuage de fumée noire qui se dégage des incendies du port, contre lesquels les pompiers et les hélicoptères de l’armée ont lutté pendant des heures, la capitale libanaise est totalement sinistrée. Le port est dévasté et n’est plus que décombres fumants. Les hangars ont été soufflés, les grues tordues, les bâtiments administratifs rasés, détaille Paul Khalifeh.

Les Libanais découvrent aussi des quartiers dévastés dans un rayon d’un kilomètre autour du port, avec des immeubles qui se sont effondrés, des banlieues durement touchées quatre kilomètres plus loin, et des dégâts à plus de 10 kilomètres de la capitale où des vitres ont volé en éclats. Le souffle de l’explosion a été ressenti jusque sur l'île de Chypre, à plus de 200 km. L'institut américain de géophysique, basé en Virginie, a précisé que ses capteurs avaient enregistré l'explosion comme un séisme de 3,3 sur l'échelle de Richter.

Il n'y a plus rien... Il n'y a vraiment plus rien. Il ne nous manquait plus que ça.

Léna, une habitante de Beyrouth

Le nitrate d'ammonium en cause

On sait déjà que la double explosion a été provoquée par du nitrate d’ammonium entreposé avec des feux d’artifice dans le hangar numéro 12. Il y avait 2 700 tonnes de cette matière hautement explosive, qui entre dans la fabrication d’engrais, et qui avait été saisie sur un navire russe en 2016.

Le Conseil supérieur de défense a pris d’autres mesures après la destruction des silos où était entreposée la réserve stratégique de blé. Le gouvernement a décidé de contrôler toutes les quantités de cette denrée et de limiter sa vente aux boulangeries, pour éviter des pénuries et une flambée du prix du pain. Les mêmes mesures ont été décidées pour les matériaux de construction et le verre. En vertu de l’État d’urgence décrété mardi soir, tous les services de sécurité ont été placés sous le commandement de l’armée, qui a reçu pour mission de préserver la sécurité du pays.

Une étincelle à l'origine de l'explosion ?

Bien que l’heure ne soit pas aux polémiques et aux remontrances, mais à l’organisation des secours et des soins aux blessés, des voix commencent à s’élever pour dénoncer la négligence et l’irresponsabilité qui ont conduit à ce désastre. De nombreux médias s’interrogent : comment et pourquoi des substances hautement explosives ont été entreposées sans précautions au cœur d’une ville de deux millions d’habitants ?

La polémique risque d’enfler, car des services de sécurité auraient soumis un rapport, il y a quelques mois, aux autorités concernées, mettant en garde contre le danger de la présence de nitrate d’ammonium au port de Beyrouth et recommandant le transport de cette cargaison dans un endroit sûr. Des médias se révoltent aussi contre le stockage de feux d’artifice non loin du nitrate d’ammonium.

Selon le quotidien al-Akhbar, une étincelle partie lors d’une opération de soudage d’une porte du hangar serait à l’origine de la catastrophe.

Le Premier ministre, Hassane Diab, a déclaré mardi soir que les responsables du désastre devront rendre des comptes. Des propos repris ce mercredi par la ministre de la Défense, Zeina Akar.

Explosions dévastatrices à Beyrouth: réécoutez notre édition spéciale

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.