Accéder au contenu principal

À Gaza, le coronavirus commence à se propager et suscite l'inquiétude

Un policier palestinien à l'oeuvre après le confinement décrété à Gaza, le 25 août 2020.
Un policier palestinien à l'oeuvre après le confinement décrété à Gaza, le 25 août 2020. Mohammed Salem/Reuters
Texte par : RFI Suivre
3 mn

Jusqu'à présent, la pandémie de coronavirus avait relativemenbt épargné la bande de Gaza. Les seuls cas détectés étaient des personnes arrivant de l'extérieur de ce territoire sous blocus et qui se trouvaient dans des centres de quarantaine mis en place par les autorités. Mais lundi 24 août, les autorités ont recensé les quatre premiers cas au sein de la population. Et depuis, dans un territoire densément peuplé et au système de santé fragile, les chiffres augmentent. Une personne a succombé au Covid-19.

Publicité

Avec notre correspondant à Jérusalem, Guilhem Delteil

Les premiers cas détectés au sein de la population, lundi 24 août, étaient quatre personnes d'une même famille dans le camp de réfugiés d'Al Maghazi, dans le centre de la bande de Gaza. Aussitôt ces cas recensés, les autorités locales ont ordonné un premier confinement général dans l'ensemble de ce territoire palestinien. Le nombre de tests effectués a également augmenté. Et mercredi 26 août, à la mi-journée, dix nouveaux cas avaient été identifés.

►À lire aussi : À Gaza, la perspective d'une propagation du coronavirus inquiète

Les autorités sont très inquiètes

Dans un territoire aussi densément peuplé que la bande de Gaza, la propagation peut aller vite. Depuis le début de la pandémie, les autorités cherchaient impérativement à l'éviter en prenant des mesures strictes. Toute personne entrant dans l'enclave était soumise à une quarantaine obligatoire de trois semaines, dans des centres surveillés par les forces de l'ordre.

Désormais, le virus est présent au sein de la population et en plusieurs endroits du territoire. Il n'existe pas qu'un seul foyer. Pour les autorités, il s'agit du scénario le plus compliqué à gérer. Le premier confinement général de 48 heures a été relativement respecté par la population. Il a été prolongé de 72 heures et reste donc en vigueur jusqu’au samedi 29 août au soir. Mais, dans un territoire où plus de la moitié des habitants vit sous le seuil de pauvreté, selon le Bureau central palestinien des statistiques, beaucoup de Gazaouis doivent travailler au quotidien pour avoir de quoi se nourrir.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.