Cisjordanie: la Cour suprême israélienne ordonne la destruction de la colonie de Mitzpe Kramim

Vue générale de la colonie de Mitzpe Kramim, le 29 août 2018.
Vue générale de la colonie de Mitzpe Kramim, le 29 août 2018. THOMAS COEX / AFP

La plus haute instance judiciaire d'Israël estime que cette colonie a été construite sur des terres privées palestiniennes qui doivent être rendues à leurs propriétaires.

Publicité

Avec notre correspondant à JérusalemGuilhem Delteil

C'est seulement la troisième fois dans l'histoire d'Israël qu'une colonie doit être détruite. Mitzpe Kramim est une colonie sauvage, illégale donc aux yeux du droit international comme israélien, créée en 1999 sur les hauteurs de la vallée du Jourdain, dans le centre de la Cisjordanie occupée. Aujourd'hui, elle abrite une quarantaine de familles vivant dans des pré-fabriqués et quelques bâtiments en dur.

Au total, 34 de ces 44 structures doivent être détruites dans un délai de trois ans, a ordonné ce jeudi 28 août la Cour suprême israélienne, laissant le temps aux autorités de proposer des solutions de relogement aux familles concernées.

Cette décision est l'aboutissement d'une bataille judiciaire de neuf ans pour des Palestiniens du village voisin de Deir Jarir. Pour la cour, les structures auraient pu être légalisées a posteriori malgré le fait qu'une majorité se trouvent sur des terres privées palestiniennes, si l'erreur avait été faite « de bonne foi ». Mais elle estime que dans le cas de Mitzpe Kramim, la bonne foi ne peut être retenue.

Un « jugement erroné » pour Benyamin Netanyahu

L'organisation anti-colonisation La Paix maintenant s'est réjoui de ce jugement, estimant qu'il reconnaissait que les colons de Mitzpe Kramim « ont volé des terres privées palestiniennes ». Mais ce jugement a été vivement attaqué par les responsables politiques de droite, à commencer par Benyamin Netanyahu.

Benyamin Netanyahu, qui a déjà dû suspendre son projet d'annexion d'une partie de la Cisjordanie, a lui dénoncé un « jugement erroné ». Et le Premier ministre a promis de « faire tout ce qui est possible » pour que les habitants puissent rester sur place.

À lire aussi Israël: Washington ne juge plus les colonies contraires au droit international 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail